Médias

Zewo Agenda le 25 novembre 2017
Arrangement floral
Découvrir
Magazine aux écoutes

Une relation entre la déficience auditive et la démence

Quatre études scientifiques confirment la relation entre la déficience auditive non prise en charge et la démence.

Les données de grandes études scientifiques britanniques, taiwanaises et allemandes et un rapport complet sur la démence montrent qu’il existe une relation entre la déficience auditive non prise en charge et la démence. L’une des études soutient les découvertes scientifiques antérieures selon lesquelles le traitement de la déficience auditive avec les appareils auditifs réduit le déclin cognitif et aide à garder une personne malentendante en bonne santé mentale.

Étude anglaise

Une étude menée en Angleterre auprès des personnes âgées de 50 ans et plus sur base des données de l’Étude Longitudinale Anglaise sur le vieillissement a montré que les participants présentant une déficience auditive autodéclarée et mesurée étaient plus susceptibles de présenter un diagnostic de démence que ceux qui ont une audition normale. L’étude a révélé que le risque de développer la démence était 1,4 fois plus élevé chez les personnes qui ont déclaré une audition modérée et 1,6 fois plus élevé chez ceux qui ont déclaré une mauvaise capacité auditive. Les auteurs écrivent que «ces résultats sont cohérents avec la logique selon laquelle la correction de la déficience auditive pourrait aider à retarder l’apparition de la démence ou que la perte auditive elle-même pourrait servir d’indicateur de risque de déclin cognitif».

Étude taiwanaise

Une étude taïwanaise menée auprès de 4.108 personnes ayant une déficience auditive liée à l’âge et un groupe témoin de 4.013 sans déficience auditive a révélé que le risque de démence était significativement plus élevé chez les personnes ayant une déficience auditive liée à l’âge (1,3 fois plus élevé).

Les personnes présentant des comorbidités telles que la polyarthrite rhumatoïde, l’hypertension, le diabète, les accidents vasculaires cérébraux, etc. présentaient un risque 3,6 fois plus élevé de développer une démence que les personnes sans comorbidités. L’étude a également révélé que les femmes ayant une surdité liée à l’âge étaient plus susceptibles de développer une démence que les hommes ayant une surdité liée à l’âge.

Étude allemande

Une vaste étude réalisée auprès de 154.783 personnes, sur base de données rassemblées par le plus grand assureur de santé en Allemagne entre 2006 et 2010 et portant sur 14.602 cas de démence, a montré que les personnes malentendantes présentaient un risque de démence de 1,2 à 1,4 fois plus élevé que les personnes sans déficience auditive. Il n’y avait pas de risque accru de démence si la personne déficience auditive avait une perte auditive unilatérale.

Rapport: Neuf facteurs de risque

Enfin, un rapport exhaustif de la Commission Lancet sur la prévention, l’intervention et les soins de la démence a mis en évidence neuf facteurs de risque qui augmentent le risque de démence : les études jusqu’à l’âge de 11-12 ans, l’hypertension artérielle, l’obésité à la quarantaine, la dépression, l’inactivité physique, le tabagisme, l’isolement social et enfin la déficience auditive.

Pourquoi cette relation?

Pourquoi existe-t-il une relation entre la déficience auditive et la démence ? Ces études scientifiques ne fournissent pas de réponse. Il n’existe pas encore de relation causale scientifiquement prouvée entre la perte auditive et le déclin cognitif et une explication des causes. Il est cependant admis par de nombreux chercheurs que l’apport audiologique réduit, à la suite d’une perte auditive, peut augmenter le risque de démence. La déficience auditive peut également entraîner une augmentation de l’isolement social, ce qui pourrait encore augmenter le risque de démence. En outre, la combinaison de l’apport audiologique réduit et de l’isolement social peut être une explication.

Une vaste étude française a montré que le traitement de la déficience auditive avec les appareils auditifs réduit le déclin cognitif et que ceux qui utilisent des appareils auditifs ont à peu près le même niveau cognitif que ceux qui n’ont pas de déficience auditive.

A propos des études

L’étude anglaise intitulée «Déficience auditive et l’incidence de la démence : résultats de l’étude longitudinale anglaise sur le vieillissement» a été publiée dans The Journal of the American Geriatrics Society en 2017.

L’étude taiwanaise « Perte auditive liée à l’âge et démence : une étude nationale sur 10 ans basée sur la population » a été publiée dans European Archives of Oto-Rhino-Laryngology en 2017.

L’étude allemande «La déficience auditive affecte l’incidence de la démence. Une analyse basée sur des données longitudinales sur les réclamations de santé en Allemagne » a été publiée dans le journal PLOS One en 2016.

Le rapport de la Commission Lancet sur la prévention, l’intervention et les soins de la démence, intitulé «Prévention, intervention et soins de la démence», a été publié dans le Lancet en 2017.

Source: https://www.hear-it.org/fr/dautres-etudes-montrent-une-relation-entre-la-deficience-auditive-et-la-demence