Communiqué

Zewo Agenda du 15 au 21 juillet 2018
Camp d’été de sport (langues des signes) – Fédération Sportive des Sourds de Suisse
Découvrir
Magazine aux écoutes

Communiqué UCBA, COVIAGE

Enquête COVIAGE (Coping with Visual Impairment in old Age)

Gérer une forte baisse de la vue, un défi pour les seniors Lausanne, le 7 février 2018 – L’Union centrale suisse pour le bien des aveugles (UCBA) vient de publier les résultats de l’étude COVIAGE (Coping with Visual Impairment in old Age), réalisée sur 3 ans auprès de 1300 personnes de plus de 70 ans, dont 370 en Suisse romande. Principal constat : une baisse de la vue insuffisamment prise en compte favorise l’isolement social et impacte la qualité de vie en restreignant les activités. Principaux conseils : consulter dès les premiers signes, se renseigner sur les moyens existants pour mieux vivre avec son problème de vue et apprendre de nouvelles stratégies.

Conséquence du vieillissement de la population en Suisse, le nombre de retraités devant apprendre à maîtriser le quotidien avec une malvoyance progresse. Avec l’étude COVIAGE (Coping with Visual Impairment in old Age) menée sur trois ans, l’UCBA s’est intéressée à la façon dont les personnes âgées concernées gèrent leur handicap visuel. L’étude a été menée en collaboration avec l’Université de Zurich et la Haute Ecole de travail social et de la santé – Vaud (EESP) à Lausanne. Pas moins de 1’299 entretiens téléphoniques ont été conduits auprès de personnes de 70 ans et plus, dont 368 en Suisse romande.

Être atteint d’une déficience visuelle fait vaciller la gestion du quotidien et la qualité de vie Selon l’étude, les personnes interrogées trouvent que leurs problèmes de vue rendent pénibles les tâches quotidiennes comme lire, conduire, écrire ou aller au théâtre, et vont même jusqu’à y renoncer. Les difficultés du quotidien réduisent leur qualité de vie. Environ un tiers des sondés ressentent leur handicap visuel et le vivent comme un stress psychologique au quotidien. Pour la plupart des personnes touchées, l’aide de l’entourage est essentielle. Elles pensent cependant qu’il est tout aussi important de trouver soi-même des solutions, comme des moyens auxiliaires spéciaux (loupes, aide externe, etc.).
L’étude COVIAGE met en avant le fait qu’il est déterminant que la personne âgée ayant une déficience visuelle puisse compenser son stress et utiliser des ressources pour conserver une bonne qualité de vie, en dépit de son handicap. Les conseils que prodiguent les experts en ophtalmologie et en réadaptation aux personnes âgées malvoyantes doivent donc être axés sur la façon dont les patients peuvent exploiter de nouvelles ressources. Or, la plupart des personnes âgées ont de la peine à relever ce défi. Pensant que « cela ne vaut plus la peine», elles refoulent le fait qu’elles voient de plus en plus mal et, pendant des années, laissent passer leur chance de bénéficier de nouvelles stratégies pour vivre de manière quasiment autonome. Les peurs dictent souvent cette réaction, peur d’une aggravation de la déficience visuelle, peur de dépendre de son entourage et de perdre ainsi son autonomie.

Des recommandations à partager L’étude COVIAGE formule aussi des recommandations concrètes. « Il est particulièrement important de consulter un ophtalmologue dès les premiers signaux annonçant un problème de vue, résume Stefan Spring, chargé scientifique de l’UCBA et responsable de l’étude. Nous recommandons aussi d’utiliser l’ensemble de l’offre de conseils pour découvrir toutes les possibilités existantes et poser les questions sur leur handicap visuel». Selon l’étude, les seniors qui acceptent de relever le défi de vivre avec un handicap visuel influenceront positivement leur qualité de vie. « L’apprentissage fait partie de notre vie de tous les jours, quel que soit notre âge », commente le professeur de l’EESP Nicolas Kühne, représentant du domaine de l’ergothérapie au sein de l’équipe nationale des chercheurs et responsable du groupe romand d’experts. Il est également indispensable d’intégrer suffisamment tôt son entourage.

L’étude COVIAGE propose aussi des recommandations aux proches et aux spécialistes. Notamment, il est indispensable de motiver la personne malvoyante, de lui apporter un soutien fonctionnel et émotionnel afin qu’elle réussisse à vivre au quotidien dans la plus grande autonomie possible.
Les résultats détaillés de l’étude ainsi que les différentes recommandations peuvent être consultés gratuitement sur le site Internet (https://www.ucba.ch/fileadmin/pdfs_fr/recherche/COVIAGE/UCBA_-_COVIAGE_Synthese__Gerer_un_handicap_visuel_a_un_age_avance.pdf).

Photo: De nouveaux défis à relever avec une capacité visuelle amoindrie. Non seulement la personne concernée, mais aussi le personnel de soins doit faire face à de nouveaux défis. L’image peut être téléchargée sur le site Internet de l’UCBA:
http://www.ucba.ch/images
Téléchargement: Le communiqué de presse peut être téléchargé sur le site Internet de l’UCBA à l’adresse suivante :
http://www.ucba.ch/medias
Contacts: Stefan Spring, chargé scientifique de l’UCBA, email: spring@szb.ch
Prof. Nicolas Kühne, membre de l’équipe de recherche COVIAGE, Haute école de travail social et de la santé EESP, Lausanne, email: nicolas.kuhne@eesp.ch
Carol Lagrange, relations médias UCBA Suisse romande, tel: 021 345 00 61, email: lagrange@ucba.ch