www.ecoute.ch/congres. ChA       " />

12ème congrès de forom écoute: les acouphènes passés à la loupe

« Vous avez dit acouphènes ? » C’est sur ce thème très porteur que s’est déroulé le 2 juin dernier au bâtiment Anthropole de l’Université de Lausanne, le 12ème congrès de forom écoute, en présence de 4 orateurs et de plus de 130 participants. Une très belle occasion d’échanger et d’en apprendre un peu plus sur un symptôme qui peut être très invalidant.

Ils étaient quatre ! Quatre orateurs à être intervenus lors de cette belle journée du 2 juin, consacrée au congrès annuel de forom écoute: trois spécialistes du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), les médecins ORL Raphaël Maire et Emina Sabani, ainsi que la psychologue Lise Colin, accompagnés par le docteur Michel Paolino de l’Institut méditerranéen de recherche et de traitement des acouphènes (IMERTA). Autour d’eux, plus de 130 participants, venus d’un peu partout en Suisse romande, attirés par le thème du congrès, les acouphènes, ces bruits fantômes qui peuvent être si gênants pour ceux qui les entendent (lire notre dossier dans le numéro 56 d’aux écoutes).

Sur le plan logistique, aucun effort n’a été ménagé pour que les propos échangés dans l’enceinte du magnifique auditoire 1129 du bâtiment Anthropole, à l’Université de Dorigny-Lausanne, puissent être accessibles au plus grand nombre. Projection sur écran des divers documents présentés par les orateurs (également remis en format papier dans un dossier à chaque participant), mise en place d’une boucle magnétique ainsi que, et c’est une première, une retranscription simultanée des conférences et des débats.

Approche lausannoise

Après l’allocution de bienvenue prononcée par Michèle Bruttin, présidente de forom écoute, les orateurs sont très rapidement entrés dans le vif du sujet, la matinée étant entièrement consacrée aux approches lausannoise et marseillaise de la thérapie des acouphènes. Très détaillée, l’intervention du docteur Raphaël Maire s’est attachée à définir et à expliquer de manière documentée l’origine, la cause et surtout les traitements des acouphènes tels qu’ils sont actuellement proposés par l’équipe du CHUV. C’est d’ailleurs sa collègue, la doctoresse Sabani, qui a pris le relais pour exposer les fondements de la thérapie d’habituation, une technique destinée à rendre l’acouphène plus supportable pour le patient et qui consiste à produire un son blanc issu d’un générateur de bruit.

La psychologue Lise Colin a ensuite pris la parole pour expliquer le mode de fonctionnement de la consultation conjointe médico-psychologique assurée par le CHUV qui, depuis de longues années, a largement contribué à soulager un grand nombre de patients.

Autres cieux, autre approche, mais tout aussi complémentaire, cette fois exposée par le docteur Michel Paolino, médecin spécialiste en otoneurologie qui a longuement et très pédagogiquement expliqué les méthodes de diagnostic et de traitement auxquelles a recours l’Institut méditerranéen de recherche et de traitement des acouphènes, qu’il dirige depuis sa fondation en 2005. Un institut de droit privé qui s’attache à proposer des traitements au plus près du profil de chaque patient, avec un certain succès, puisque certains d’entre eux sont purement et simplement guéris.

Témoignages

Après un repas de midi au restaurant de Dorigny, les participants se sont retrouvés dans l’après-midi pour deux heures de débat et de discussions. Très intéressées et très concernées, puisqu’au moins les trois quarts de l’assistance ont déclaré souffrir d’acouphènes, de nombreuses personnes ont soumis les orateurs à un flot de questions plus passionnantes les unes que les autres, certaines interventions, très précises et techniques, ayant conduit les médecins à approfondir un peu plus leurs démonstrations de la matinée.

D’autres participants n’ont pas hésité à faire part de témoignages très émouvants, certains pour simplement partager leurs difficultés, d’autres pour transmettre un message d’espoir en expliquant comment ils ont peu à peu réussi à surmonter la difficulté de vivre avec ces bruits fantômes qui, parfois, les hantent depuis de très longues années.

Solitude

C’est à 16 heures précises que le congrès a pris fin, non sans que le public ait chaleureusement applaudi les orateurs de la journée. Pour de nombreux participants, cette rencontre n’aura évidemment pas permis, loin s’en faut, de mettre fin à l’inconfort avec lequel les acouphènes les font vivre. Elle aura néanmoins permis à beaucoup de mieux comprendre les ressorts et les espoirs thérapeutiques d’un symptôme complexe et difficilement curable.

Pour tous enfin, elle aura été l’occasion de rompre, au mois l’espace d’une journée, une pesante solitude face aux acouphènes. « Je suis très agréablement surprise par l’ambiance qui a prévalu au cours de ce congrès, nous a confié la doctoresse Emina Sabani, à l’issue de la journée. J’observe que les participants sont repartis contents car ils ont pu échanger et surtout avoir le réconfort d’être écoutés !»
La transcription des conférences et discussions de cette journée sera prochainement disponible sur le site www.ecoute.ch/congres.

ChA