Bastien Perruchoud: « j’aime apprendre ! »

Âgé de 19 ans, Bastien Perruchoud est né et vit à Chalais, en Valais. Optimiste et doté d’un caractère aussi indépendant que volontaire, ce jeune malentendant vient de terminer un apprentissage d’agent d’exploitation. En attendant de dégotter son premier emploi, il croque la vie à pleines dents.

Comment êtes-vous devenu malentendant ?

Je suis né comme ça, même s’il a fallu attendre que j’aie deux ou trois ans pour que mes parents s’en rendent compte. Il n’y a pas de cause connue et mes deux frères quant à eux entendent très bien !

Quel est votre degré de perte auditive ?

Je n’entends rien avec mon oreille gauche et à 60% avec mon oreille droite.

Vous ne semblez pas porter d’appareil auditif…

En effet. A l’âge de l’école, j’ai essayé de porter un appareil, mais cela n’a rien donné de concluant. C’est d’ailleurs pour cette raison que je n’ai pas tenté l’implant cochléaire. En tout cas, mon audition est stable et l’ORL n’a pour l’instant décelé aucune tendance à la diminution. Quoi qu’il en soit, je me sens vraiment très bien comme ça !

Vous avez parlé de l’école. Comment était-ce ?

J’ai fait toute ma scolarité dans une école normale, dans mon village de Chalais où je suis né et habite encore. J’ai appris le LPC (langage parlé complété, ndlr) vers l’âge de 10 ans, et bénéficié ensuite de l’appui d’une codeuse qui m’a à la fois beaucoup soutenu et motivé. Les profs aussi jouaient le jeu et n’hésitaient pas à répéter s’il le fallait. Enfin, j’ai bénéficié de cours d’appui quand c’était nécessaire.

Et les notes ont suivi ?

Mais oui, j’avais de bonnes notes ! Tout s’est bien passé, y compris avec mes camarades d’ailleurs.

Vous terminez donc votre scolarité obligatoire en juin 2010…

C’est ça. Et à ce moment-là, je fais toute une série de stages dans différentes entreprises, histoire de choisir en connaissance de cause. Comme polymécanicien, comme géomaticien, ou comme dessinateur en génie civil.

Finalement sur quoi s’est porté votre choix ?

J’ai fait un stage comme agent d’exploitation dans un EMS à Sierre, et ça m’a bien plu. C’est une activité très variée, avec du nettoyage, de la conciergerie, de l’entretien d’espaces verts… Et puis, à Sierre, j’ai vraiment beaucoup aimé le contact avec les personnes âgées. En fait, j’aime quand ça bouge, quand on agit…

Quand avez-vous commencé votre apprentissage ?

En août 2010 et j’ai terminé l’été dernier. Tout s’est bien passé, j’ai eu de bonnes notes, et ai même reçu le Prix aux élèves malentendants de forom écoute. Ça m’a fait bien plaisir d’ailleurs, car c’était une marque de soutien.

Où en êtes-vous aujourd’hui ?

A l’issue de mon apprentissage, l’AI m’a placé à l’hôpital de Sion pendant trois mois, pour évaluer mon taux d’invalidité. Et j’étais très content, puisque ma capacité de travail a été évaluée à 100%. L’essentiel, c’est qu’on me donne des consignes claires, en se positionnant bien en face de moi et en me parlant suffisamment fort (rires). Finalement, l’audition ne m’a pas posé de problèmes insurmontables, même s’il a bien sûr fallu faire beaucoup d’efforts.

Aujourd’hui, vous cherchez du travail !

Eh oui, je suis au chômage, car à l’hôpital de Sion, il n’y avait pas de budget pour créer un poste pour moi. Alors, je réponds aux annonces, je fais des offres spontanées, etc. L’idéal serait de trouver quelque chose près de chez moi bien sûr. Mais je sais que cela prend un peu de temps… En attendant, je profite de la vie et je prends des cours d’anglais le soir. J’aime bien étudier !

Que faites-vous pour vos loisirs ?

Du ski, de la natation. Et puis, j’ai passé mon permis en avril dernier, et j’adore conduire. Je le voulais tellement que j’ai passé en avance la théorie et le Samaritain, et dès que j’ai eu l’âge requis, je suis passé à la pratique. J’ai d’ailleurs tout payé grâce au salaire de mon apprentissage !

Et pour le reste ?

Sorties avec des amis, sorties au cinéma. Voyager chaque été, et puis faire du sport bien sûr. J’ai fait du fitness et je pratique beaucoup la marche sportive avec mes parents.

Propos recueillis par Charaf Abdessemed