Publié le: 18 juin 2020

Bientôt un masque chirurgical complètement transparent ?

Bientôt un masque chirurgical complètement transparent ?

Un masque chirurgical standard à usage unique, à peine un peu plus cher, mais complètement transparent. Tel est le produit qu’envisage de commercialiser d’ici un an ou deux une start-up suisse. Une belle promesse pour les malentendants, aussi bien en ces temps de pandémie que pour leurs interactions futures avec le monde médical.

C’est un projet en gestation depuis bien longtemps, mais qui trouve avec la pandémie de Covid-19, un effet d’accélération évident. La dentisterie, le monde de la santé et du soin, l’hôtellerie, les parcs d’attraction, mais aussi les malentendants accueillent la nouvelle avec un intérêt évident. D’ici 2021, si tout se passe bien, devraient en effet être disponibles sur le marché, des masques transparents, à un coût accessible et conformes aux directives sanitaires officielles.

Pour les malentendants en effet, la multiplication du port des masques à la faveur du déconfinement actuel, s’apparente à un vrai chemin de croix. La voix du locuteur est étouffée par le masque, l’expression du visage est imperceptible et bien sûr, impossible de pratiquer la si précieuse lecture labiale. Autant dire, pour toute personne qui souffre de déficience auditive, le retour au monde du silence et à l’exclusion, avec toutes ses conséquences sociales, humaines et médicales.

Protection transparente

L’espoir cette fois est suisse et s’appelle HelloMask, une protection chirurgicale transparente pensée et développée depuis deux ans par le Centre EssentialTech à l’EPFL, en collaboration avec l’Empa (le Centre de recherche sur les matériaux de la Confédération) et dont les essais sur prototypes devraient bientôt démarrer aux HUG.

« Nous nous sommes fixé pour objectif de fabriquer un masque transparent mais qui soit le plus proche possible du masque chirurgical standard à trois plis, explique le chercheur Thierry Pelet qui va diriger la future société responsable de la fabrication du dispositif. Que ce soit en termes de coûts, de conformité aux normes des dispositifs médicaux de classe 1, mais aussi de durée d’utilisation ».

En clair, un masque à l’image de ceux que l’on connaît actuellement, à usage unique mais entièrement transparent, suffisamment « pour que l’on puisse pratiquer la lecture labiale, puisqu’on verra bien le visage », estime encore Thierry Pelet.

Comment un tel petit miracle est-il possible ?  « En surfant sur internet, on peut voir quelques prototypes de masques laissant apparaître le bas du visage, mais il s’agit d’une partie en plastique intégrée dans un masque traditionnel, souligne Thierry Pelet. Ce genre de polymère n’étant pas poreux, il entrave le confort de la respiration et génère de la buée ».

HelloMask lui, est élaboré à partir une membrane élaborée dans un polymère spécifiquement mis au point par une technique d’électrofilage, et dont l’agencement des fibres laissera de minuscules interstices de 100 nanomètres - une taille identique au matériau des masques traditionnels -, laissant passer l’air, mais filtrant virus et bactéries.

Pour le grand public aussi

Au départ, le projet, en développement depuis 2 ans, était exclusivement destiné au personnel médical, inspiré par les besoins de la pédiatrie oncologique. « Très vite, des membres des personnels de santé en général mais aussi des malentendants, on fait part de leur intérêt, commente Thierry Pelet. C’est comme cela que l’on a envisagé une distribution au grand public, qui bien sûr devient encore plus évidente en cette période de pandémie ».

Alors que le brevet vient d’être déposé, l’heure est à la levée de fonds pour financer le développement du futur prototype. Un million de francs ont ainsi été récoltés en un temps record, alors que la recherche et les tests d’utilisation vont être amplifiés, avec « dans une version optimiste », la mise au point du premier prototype « pour la première moitié de 2021 ». Thierry Pelet annonce ainsi : « Ensuite, pour le grand public, nous ne prévoyons a priori pas de distribution en ligne, mais plutôt via un réseau de distributeurs comme les pharmaciens ».

La dernière promesse du HelloMask est enfin écologique, le matériau utilisé étant à 99% de dérivé de biomasse.