Budapest, parcours bucolique sur l’île Marguerite

Haut lieu d’histoire et de culture, l’île Marguerite est aujourd’hui un des plus beaux parcs de Budapest, ouvert au public depuis 1869.

Oasis de paix et de liberté – la circulation automobile y est interdite -, composée à l’origine de trois petites îles séparées (les îles du Bain, du Peintre et des Lapins), entourées d’un bord commun en béton lors des travaux de régularisation des cours d’eau au XIXe siècle-, Margitsziget représente aujourd’hui un havre de repos et de villégiature pour les urbains en mal de verdure.

Eglises en ruines

Au-delà de cette dimension bucolique et champêtre, l’île Marguerite est également un véritable lieu de culture. De la pointe sud à la pointe nord, le promeneur découvrira, en moins de quelques heures, des sites de premier plan, vestiges historiques, fontaines à l’architecture saisissante, jardins savamment aménagés, jusqu’aux magnifiques ruines d’un couvent où vécut, recluse, la fille du Roi Béla IV, Marguerite, nièce de Sainte Elisabeth. Béla IV avait en effet juré de confier sa fille à Dieu s’il parvenait à mettre fin à l’invasion mongole en 1241. Son souhait exaucé, il fonda un monastère sur l’île pour honorer son serment et y accueillit sa fille, âgée alors d’à peine dix ans. Jusqu’à sa mort 28 ans plus tard, celle-ci se consacra à une vie totalement monastique, faite d’humilité et de dévotion. Rasé par l’invasion turque trois siècles plus tard, le couvent en ruines puis la sépulture de Marguerite, canonisée dans l’intervalle, furent découverts au XIXème siècle et réhabilités.

Fontaine

Dès la pointe sud, sitôt après l’entrée sur l’île, le promeneur est accueilli par une magnifique fontaine musicale dotée, la nuit, d’un éclairage enchanteur. Un peu plus vers le nord, près d’une superbe roseraie, apparaissent les ruines d’une église franciscaine datant du début du XIVème siècle. Bâtie dans un style gothique, attachée à un cloître, elle est un des rares vestiges de la présence chrétienne sur l’île, la plupart des édifices religieux ayant été détruits par les Turcs.

Château d’eau

La grande allée centrale qui parcourt l’île du sud vers le nord mène ensuite, juste après la célèbre piscine populaire Palatinus, vers un élégant château d’eau désaffecté. Datant du début du XXème siècle, classé au patrimoine de l’Unesco, il abrite aujourd’hui de nombreuses manifestations culturelles, parmi lesquelles les expositions les plus prisées de la ville.


A quelques dizaines de mètres au sud-est du château d’eau, s’élève le plus vieil édifice de l’île, l’église Saint-Michel, construite en style roman au XIIème siècle, par l’ordre des Prémontrés. Entièrement dévastée lors de la guerre turque en 1541, puis rebâtie en 1930 à partir des ruines mises au jour sept ans plus tôt, elle accueille aujourd’hui de nombreux visiteurs attirés par le son de sa cloche du XVème siècle, retrouvée entre les racines d’un noyer renversé par un orage.

Grand Hôtel

Le parcours sur l’île se termine en beauté par la visite du Grand Hôtel Margitsziget, construit en 1872, et qui fut pendant de très nombreuses années le palace le plus élégant de Budapest. Bordé par un mini-jardin japonais dont la visite vaut le détour et par un magnifique puits musical, complété dans les années 70 par un luxueux établissement thermal auquel il est relié par un tunnel, l’hôtel Margitsziget, rebaptisé « Danibus Grand », fait aujourd’hui le bonheur d’une clientèle haut de gamme séduite par l’architecture de l’édifice et le cadre enchanteur de l’île.