Congrès de forom écoute : La technologie conjuguée au futur

« On n’arrête pas le progrès et les malentendants en profitent ». Avec un tel intitulé, le 13ème congrès de forom écoute, organisé le 1er juin dernier au Casino de Morges, ne pouvait qu’attirer la foule des grands jours. Une centaine de convives ont ainsi marqué de leur présence cet événement phare de la vie de la fondation.

Lorsque l’on considère les futurs possibles en cette période contemporaine tourmentée, l’avenir semble à bien des égards chargé de nuages. Mais c’est aussi sans compter les belles promesses qu’il recèle souvent. Avec son congrès annuel organisé le 1er juin dernier et soutenu cette année par la société Sonix Audition, forom écoute a ainsi choisi de résolument mettre l’accent sur les opportunités qui, dans les années à venir, vont incontestablement s’ouvrir aux malentendants.

Et comme il n’est de bonne pédagogie que par l’exemple, en plus d’une boucle magnétique et grâce à un service de transcription simultanée assuré depuis la Normandie par la société Le Messageur, les convives ont tous pu suivre en temps réel l’ensemble des exposés et débats, l’intégralité des propos échangés ayant été projetée sur un écran géant suspendu dans la magnifique salle du Casino de Morges.

Exposés documentés

Après le traditionnel café-croissants d’accueil en début de matinée, c’est Michèle Bruttin, présidente de forom écoute, qui a prononcé une courte allocution de bienvenue, avant de céder la parole au premier intervenant de la matinée, l’audioprothésiste lausannois Stéphane Fourreau.

Au cours d’un exposé aussi didactique que documenté, celui-ci a présenté un passionnant état des lieux des différents dispositifs technologiques qui permettent d’améliorer la vie quotidienne des malentendants. Des dispositifs d’une telle diversité, parfois même d’une telle complexité, qu’il a fallu tout le talent de l’orateur pour les mettre à la portée d’une assistance certes convaincue de leur bien-fondé, mais qui, comme le commun des mortels, se retrouve souvent dépassée par l’ampleur exponentielle des progrès technologiques observés ces dernières années.

Après une courte pause, c’est ensuite Pascal Desponds, ingénieur-produit chez Phonak qui a pris le relais, présentant les grandes innovations proposées par sa société, principalement celles qui permettent d’améliorer la compréhension des malentendants dans des contextes de bruits de fond intempestifs.

Enfin, la matinée s’est achevée sur le témoignage de la jeune Solène Perruchoud, malentendante, étudiante à l’université de Fribourg, membre de la Commission Jeunesse de forom écoute et qui témoigné de son expérience personnelle afin d’ajouter une dimension résolument pratique aux travaux de ce congrès. Avec l’enthousiasme et la simplicité qui la caractérisent, celle-ci a en effet pu expliquer avec quelle manière elle s’est, au fil des années et de ses besoins propres, appropriée les nouveautés offertes par le progrès technologique.

Questions et échanges

Comme à l’accoutumée, et après un très convivial repas au menu savoureux, les convives se sont retrouvés pour une après-midi consacrée aux questions et aux échanges. Déjà largement sollicités au cours des pauses de la journée, Stéphane Fourreau, aussi bien que Pascal Desponds ont été abondamment questionnés sur des problématiques particulièrement pertinentes: compatibilité et universalité des appareils disponibles, accessibilité financière et remboursement des divers dispositifs technologiques, sans compter les différentes évolutions futures, ont été longuement abordés.

Avec à chaque fois le même constat: la situation de chaque malentendant est unique, et il lui appartient de solliciter sans relâche son audioprothésiste afin d’obtenir les informations les plus actualisées ainsi que les solutions les plus adaptées à son cas personnel.

Autre constat et non des moindres: chaque fois qu’il s’agit d’obtenir des prestations nouvelles ou de pérenniser celles qui sont régulièrement remises en question, comme c’est le cas par exemple pour le remboursement des appareils auditifs, la mobilisation des malentendants demeure prépondérante.

A l’issue de ce très fécond débat, et après une courte conclusion proposée par Christophe Gonin, l’architecte à forom écoute de l’organisation de ce congrès, ce sont des participants très satisfaits qui se sont séparés, nettement plus au clair en matière de perspectives technologiques offertes aux malentendants.
L’une des convives a néanmoins dû rentrer chez elle encore plus ravie: sémillante octogénaire, Françoise Doutre-Roussel a en effet été l’heureuse gagnante d’un concours dont le prix était un stage intensif d’apprentissage de la lecture labiale.