Cours de tango et mariage à Buenos Aires

Aller à l’aéroport, embarquer seule dans un avion pour aller au bout du monde, le tout pour… assister à un mariage ! Voilà qui ne fait pas peur à Fiona Vullo, une jeune malentendante lausannoise, globe-trotter à ses heures, amoureuse des rencontres et des voyages…

En décembre dernier, Fiona Vullo une jeune malentendante de Lausanne, décide de prendre son billet pour Buenos Aires, la capitale argentine. Un jeune couple de ses amis, – elle est Suissesse, lui est Argentin -, y convole en effet en justes noces, et Fiona fait partie des invités.

« J’avais découvert Buenos Aires il y a sept ans, raconte la jeune femme. Mais je n’y avais passé que quelques jours, et j’en étais revenue un peu frustrée. Ce mariage était donc une occasion en or pour retrouver une ville qui m’avait beaucoup plu ! Autant dire que je n’ai pas hésité longtemps pour prendre mon billet !»

Alors, quand Fiona aime quelque chose, rien ne l’arrête. Pas même les 13 heures d’avion qui séparent la Suisse de la capitale argentine, avion qu’au demeurant elle aime beaucoup. Mieux encore : la jeune femme qui a le contact facile, profite du trajet pour faire des rencontres et papoter avec son entourage, d’autant qu’elle parle parfaitement l’espagnol.

Sitôt arrivée à Buenos Aires, la voilà même qui partage son taxi avec des voyageurs rencontrés dans l’avion, et qui rejoint le petit appartement qu’elle avait pris soin de réserver par internet. L’accueil y est chaleureux, la logeuse sympathique et avenante.

Deux jours plus tard, le temps de récupérer de la fatigue du voyage et du décalage horaire, Fiona est sur le pied de guerre. « J’ai passé mes premiers jours à faire des repérages dans le quartier, et à m’y promener, histoire de prendre mes marques, raconte-t-elle. Je passais mes soirées avec les amis qui m’avaient invitée à leur mariage, et j’ai fêté Noël et le Nouvel An en leur compagnie ».

Cours de tango

Hyperactive et décidée, passionnée de danses latines – sa maman est Colombienne -, Fiona ne perd pas de temps, ni pour faire ce qu’elle aime, ni pour rencontrer des gens. Très vite, elle s’inscrit à… une école de tango pour y apprendre les rudiments de cette célèbre danse typiquement argentine. Le reste de ses journées, elle le passe à découvrir les différents quartiers de la ville, à pied ou en bus touristique, tandis que le soir venu, elle fait la fête et danse la salsa et le tango avec ses nouveaux amis, dont une jeune Française, rencontrée durant un des cours.

Buenos Aires est en effet une ville très agréable, dotée de nombreux espaces verts et dont l’architecture n’est pas sans familiarité avec ce que l’on a ici en Europe. Les Argentins en revanche, sont beaucoup plus chaleureux que sous nos latitudes. « Ce qui est super dans ce pays, c’est que les gens y nouent très facilement des liens, alors qu’en Suisse, tout y est beaucoup plus formel. Là-bas, comme partout en Amérique latine d’ailleurs, l’accueil y est agréable, les gens sont très chaleureux et vous adoptent très vite. Les contacts que l’on s’y fait sont sincères et durables ».

Fiona découvre en outre le très touristique quartier de La Boca qui abrite la célèbre rue Caminito, connue pour ses façades multicolores, chaque couleur représentant une des vagues d’immigration qu’a connues la ville. « Ce qui m’a le plus marquée dans cette rue, se souvient la jeune femme, c’est un extraordinaire café-librairie, aménagé dans une ancienne salle de théâtre. Je l’ai beaucoup apprécié, car ce lieu extraordinaire dégage une ambiance unique ».

Delta du Tigre

L’autre point marquant du séjour a été la visite de la petite ville de Tigre, sur le delta éponyme, située entre Buenos Aires et la frontière avec l’Uruguay. « Avec une des amies rencontrées là-bas, nous en avons fait le tour en bateau, et c’était franchement magnifique !»

Après près de deux semaines de rencontres et de découverte, arrive enfin, avec la fin du séjour, l’heure de la cérémonie de mariage, à l’origine du voyage. Bilingue, en français et en espagnol, la cérémonie religieuse a lieu à 20 heures à l’église, moment émouvant ou Fiona a lu, dans les deux langues, un texte de son cru. Superbe, la mariée fait forte impression et les convives se déplacent ensuite pour un magnifique apéritif en plein air, suivi d’un repas au restaurant.

« Non seulement il y avait de la viande comme c’est bien sûr d’usage en Argentine, mais on a aussi proposé du chocolat suisse, pour donner une petite touche helvétique à l’événement, sourit encore Fiona. C’était très sympathique et bon enfant ! On a énormément dansé, et en bout de nuit, vers 3-4 heures du matin, on nous a même distribué des accessoires de déguisement, histoire de rigoler un peu ! »

Retour en Suisse

A peine la nuit terminée – il est 6 heures du matin -, la jeune femme a tout juste le temps de prendre congé de ses hôtes, de filer prendre une douche et boucler sa valise, avant de rejoindre directement l’aéroport, la jeune étudiante devant rentrer en Suisse pour sa rentrée académique.

« Heureusement, et contrairement à l’aller ou j’ai passé énormément de temps à discuter avec mes voisins, j’ai pu dormir durant tout le retour pour récupérer, raconte Fiona dans un grand sourire. Et c’était très bien aussi pour préparer l’adaptation au décalage horaire ».

Avant de conclure : « Il n’y a aucun doute, je retournerai à Buenos Aires. Non seulement, je m’y suis fait de nombreux amis, avec lesquels je suis encore en contact aujourd’hui, mais aussi parce qu’un de mes rêves est de visiter les célèbres chutes d’Iguazu à la frontière entre le Brésil et l’Argentine. Je n’ai pas pu les voir il y a sept ans, je n’ai toujours pas réussi à aller les voir cette année, alors je me suis promis de les découvrir lors de mon troisième séjour en Argentine ! »

ChA