Publié le: 11 juillet 2022

Des cellules souches et une imprimante 3D pour fabriquer… une oreille !

Des cellules souches et une imprimante 3D pour fabriquer… une oreille !

En juin dernier, une équipe américaine a mis au point et testé la greffe d’un implant d'oreille imprimé à partir de cellules humaines. Un grand espoir pour celles et ceux qui souffrent de malformation congénitale du pavillon.

C’est un véritable exploit, encore impensable il y a quelques années. Le mois dernier, une équipe médicale américaine a annoncé avoir pour la première fois, greffé un implant d’oreille humaine. Mais il ne s’agit pas de n’importe quel implant, puisque la nouvelle oreille a été créée à partir des cellules de la patiente soignée et façonnée à l’aide… d’une imprimante 3D.

Cette nouvelle technique s’adresse aux personnes souffrant de microtie, une malformation de naissance qui touche un enfant sur environ 15000 naissances.

La microtie est une malformation congénitale de l'oreille externe, observée le plus souvent chez les garçons, survenant de manière sporadique ou héréditaire et qui se caractérise par un pavillon atrophié, et fréquemment associée à une perte auditive. Depuis très longtemps, de multiples techniques chirurgicales ont été développées dans le but de recréer la forme tridimensionnelle complexe du pavillon de l’oreille chez ces patients avec des résultats esthétiques divers.

Radicalement nouvelle

L’approche développée aux Etats-Unis, encore expérimentale, est radicalement nouvelle, puisqu’il s’agit de réaliser une empreinte 3D de l'autre oreille pleinement développée du patient, puis de collecter des cellules du cartilage de son oreille. Celles-ci sont ensuite mises en culture pour en obtenir une quantité suffisante, avant d’être mélangées à un hydrogel de collagène, utilisé pour imprimer le futur implant, et qui sera ensuite entouré par une coque imprimée et biodégradable destinée à le soutenir.

Au fil du temps, l’implant devrait être absorbé par le corps du patient et l'oreille greffée est supposée à terme développer l'aspect et le toucher d'une oreille naturelle. « En tant que médecin ayant traité des milliers d’enfants atteints de microtie à travers le pays et le monde, je suis enthousiasmé par cette technologie et ce qu’elle pourrait signifier pour les patients et leurs familles », a déclaré Arturo Bonilla, chirurgien et fondateur d’un institut spécialisé dans le traitement de cette malformation, à San Antonio, au Texas.

A l’avenir, 3DBio, la société à l’origine de cette avancée, souhaite développer des implants pour des formes plus sévères de microtie. Les implants imprimés en 3D pourraient également être utilisés pour d’autres affections impliquant du cartilage, notamment des défauts ou des blessures au nez, des reconstructions mammaires ou un ménisque endommagé au genou.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com