Embauche et malentendance

L’Oréal Suisse s’implique pour engager des personnes sourdes ou malentendantes ; témoignage de la jeune Lucie Froidevaux, « makeup artist » pour Urban Decay depuis plus d’un an.

Lucie Froidevaux, employée de commerce et secrétaire médicale de formation, s’est réorientée et travaille pour Urban Decay, marque sélective du groupe L’Oréal.

Après avoir achevé deux ans de réinsertion professionnelle comme employée de commerce avec l’aide de l’AI, la jeune femme a découvert une annonce de L’Oréal, postée par la Fédération suisse des sourds, qui engage des personnes sourdes ou malentendantes comme makeup artist.

« En recherche d’emploi, j’ai postulé et ai été engagée pour un contrat à durée déterminée d’un an après un premier entretien », se réjouit Lucie, diagnostiquée sourde à trois ans et demi et appareillée avec des contours d’oreille pour une surdité sévère.

Vers l’âge de cinq ans, Lucie commence l’apprentissage du langage parlé complété. « Une codeuse LPC m’a accompagnée durant ma scolarité, mon apprentissage d’employée de commerce et ma formation de secrétaire médicale ».

Sa surdité s’est péjorée alors qu’elle a vingt ans. Tous les examens confirmeront qu’elle est une bonne candidate à l’implantation. Les deux opérations ont été une réussite, confortant la jeune femme dans ses objectifs professionnels.

« Depuis que je suis bi-implantée, je me sens plus à l’aise dans mon travail. Mon nouveau métier de makeup artist est enrichissant sur le plan des relations humaines ».

Lucie évolue dans le domaine de la beauté ; les séances de maquillage sont aussi rythmées de discussions, d’écoute et d’échanges ; un défi au quotidien. « Certaines clientes bougonnent si je ne les comprends pas, malgré le fait de leur expliquer ma surdité. Elles demandent parfois d’être maquillées par une autre employée. D’autres croient même que je ne parle pas français. Mais ce que je retiens de positif, ce sont les clientes qui font attention lorsqu’elles s’adressent à moi ou qui miment leur dialogue pour faciliter ma compréhension. Certaines prennent régulièrement de mes nouvelles ».

L’Oréal Suisse engagée
A ce jour, cinq personnes au bénéfice de l’AI travaillent pour L’Oréal Suisse. Au printemps 2016, la société a recruté trois makeup artist sourdes ou malentendantes pour sa marque sélective Urban Decay. Les jeunes femmes ont été formées et sont actives à temps partiel sur les stands de la marque à Bâle/Zurich, Lausanne et Vevey.

« L’expérience a démontré que leur inclusion, c’est-à-dire l’intégration à l’équipe et la formation sur leur métier, varie d’une personne à l’autre, en fonction de sa situation personnelle. L’accompagnement par une association agissant de façon experte et ciblée, en soutien des porteurs d’un handicap spécifique, peut se révéler décisif pour une inclusion réussie. D’autant plus, comme c’est le cas ici, lorsque des personnes sourdes ou malentendantes travaillent sur des métiers de contact, ce qui relève du défi. Notre objectif est de recruter davantage de personnes souffrant d’un handicap, dans le domaine de la beauté, pour atteindre 2% de nos effectifs, soit environ neuf personnes, à l’horizon 2020 », détaille Deborah Egloff, en charge de la Diversité au sein de L’Oréal Suisse.

L’Oréal Suisse vient de renouveler le contrat de Lucie, pour une durée déterminée d’un an.

« J’en suis ravie. L’aventure continue même si ce n’est pas facile tous les jours. A force de persévérance, la motivation et l’envie me font avancer ! », confie Lucie.

copyright LDD