Fribourg : Sortie en raquettes à La Berra

Le 28 février dernier, l’Association Fribourgeoise des Malentendants s’est retrouvée dans les Préalpes, à La Berra, pour une sympathique sortie en raquettes. L’occasion de se ressourcer dans la nature, fort belle en cette saison, mais aussi d’intégrer les nouveaux membres.

En fonction de la météo, c’était soit les bains de Charmey, soit les cimes d’une des plus belles régions des Préalpes, La Berra. Heureusement, le temps, relativement clément, a permis de trancher en faveur de la deuxième option. Le 28 février dernier, l’Association Fribourgeoise des Malentendants (AFM) a en effet donné rendez-vous à ses membres et sympathisants pour une sympathique sortie en raquettes. Il faut dire que l’AFM est coutumière de ces sorties qui ont l’avantage de permettre à tous de se retrouver dans la bonne humeur et, par leur côté un peu plus « sportif », de faire participer les plus jeunes membres de l’association.

« Et puis, incontestablement, se retrouver entre malentendants aide à surmonter le handicap, ajoute Evelyne Jordan, la présidente de l’AFM. D’abord parce que chacun comprend mieux ce que vit l’autre, et ensuite parce qu’il est amusant de découvrir chez les autres les mêmes petites manies, les mêmes petites astuces que l’on a inventées pour s’adapter à son handicap ».

Joies de la montagne

En ce 28 février, ils sont donc douze à se retrouver pour un premier rendez-vous à 13h30 au parking du Brand, au pied de La Berra. Douze, dont une bonne moitié de malentendants, les autres invités à la sortie étant pour l’essentiel des conjoints. Tous ? Pas vraiment, deux jeunes femmes venues ensemble s’étaient inscrites à la sortie pour de toutes autres raisons… Précédemment, l’un d’entre elles, sur une piste de ski, avait en effet éprouvé un véritable coup de foudre pour un fort séduisant skieur sourd, dont elle n’avait pas eu les coordonnées, mais qu’elle espérait retrouver via l’AFM…

A défaut d’amour, c’est en revanche bel et bien les joies de la montagne que les randonneurs ont retrouvées avec bonheur. Voici donc le groupe qui depuis le Brand, emprunte le télémixte pour parvenir sans effort au sommet de La Berra. Très pratique, cette installation, récemment inaugurée, permet d’alterner sièges et cabines, permettant d’atteindre la Berra avec un confort maximal.

« Franchement, on a un peu hésité avant d’y aller, raconte Rina Clerc, la vice-présidente de l’association. Vu d’en bas, le brouillard était tellement épais qu’on s’est demandé si ça en valait la peine. Pour finir, on s’est décidé, et on est monté ! »

Une décision que personne n’a regrettée, car une fois en haut, et quoique par intermittence, le soleil était au rendez-vous, permettant au groupe d’admirer de magnifiques paysages. « C’était vraiment superbe, s’extasie encore Rina. Les montagnes éclairées par des rayons du soleil qui dissipaient le brouillard, le tout dans l’ambiance ouatée de la neige, étaient d’une beauté incroyable ! Et parfois, le brouillard revenait, au point qu’on n’arrivait même plus à voir ceux qui marchaient devant !»

Conditions idéales

Sitôt arrivés au sommet, les randonneurs chaussent leurs raquettes, indispensables tant la neige était épaisse, et démarrent la promenade qui doit les mener jusqu’à la célèbre Croix du Cousimbert.

Mais les raquettes n’ont pas que l’avantage de permettre d’évoluer harmonieusement sur la neige : elles imposent une vitesse de progression plutôt lente qui permet à chacun de discuter tranquillement, tout en marchant. Un must pour les malentendants. « Pas de grand froid, une neige poudreuse, les conditions étaient idéales pour les raquettes. Et puis, en raquettes, on se promène, on papote, on se tait, on papote à nouveau, explique Evelyne Jordan. Dans le silence de la nature et de la montagne, c’est extraordinairement agréable pour des malentendants habitués à toujours lutter contre des environnements bruyants !»

Durant une bonne heure, le groupe évolue sur la crête non loin du sommet de La Berra, un exercice relativement ardu, tant le trajet est fait de montées et de descentes, parfois plutôt raides. « J’ai beau être plutôt sportive, observe la présidente de l’AFM, mais j’ai quand même eu des courbatures. Et puis, il fallait aussi faire attention à évoluer au rythme de certains de nos convives, plutôt âgés. Mais je dois dire qu’ils ont admirablement tenu le coup et que personne n’a abandonné en cours de route ».

« Au départ, on avait pensé scinder les randonneurs en deux groupes, raconte encore Rina Clerc. Finalement on y a renoncé pour que l’on puisse tous se retrouver. Bien sûr, on a quand même renoncé à monter jusqu’à la pointe de La Berra, car c’était vraiment trop exigeant sur le plan physique ! »

Croix du Cousimbert

L’objectif, au bout d’un peu plus d’une heure de marche, était donc la gigantesque croix qui trône au pied du sommet du Cousimbert. Et sitôt celle-ci atteinte et après quelques instants pour reprendre son souffle dans la bonne humeur, sonne l’heure du retour vers la Buvette de La Berra. Très prisée et de dimensions restreintes, les places y sont chères et les invités avaient réservé pour 14h30. Affamés, nos randonneurs s’y retrouvent fatigués mais de fort bonne humeur, autour d’un bon repas.

C’est vers 16 heures que les convives se séparent après avoir de nouveau emprunté le télémixte qui les a ramenés sur le plancher des vaches. Non sans se donner rendez-vous pour une prochaine sortie. « Avec ce genre de journées, non seulement on profite de la nature et de ses paysages, mais on se retrouve entre nous, conclut Evelyne Jordan avec satisfaction. Pour le comité de l’association, ces sorties représentent une bonne occasion d’intégrer et de faire la connaissance des nouveaux membres, qui parfois sont un peu timides. Rien de tel que la bonne humeur d’une sortie pour favoriser la convivialité !»

ChA