Publié le: 11 février 2021

Genève va produire massivement des masques transparents

Genève va produire massivement des masques transparents

Dès 2021, le canton de Genève sera le théâtre d’une production à grande échelle de masques chirurgicaux transparents. Un protocole d’accord a en effet été signé le mardi 22 décembre dernier entre des représentants de l'entrepreneuriat et de la recherche scientifique romande, du secteur industriel genevois et des infrastructures hospitalières du canton.

Bonne nouvelle pour les malentendants, profondément perturbés par la généralisation du port des masques chirurgicaux en raison de l’épidémie de coronavirus. D’ici l’été 2021 en effet, d’importantes quantités de masques chirurgicaux transparents seront produites sur le territoire genevois et immédiatement disponibles pour le grand public. « En tant que grands consommateurs de masques chirurgicaux, nous exprimons un fort besoin de mesures de protection améliorées sur le plan du contact humain et des relations interpersonnelles davantage adaptées notamment aux soins pédiatriques et à la patientèle souffrant de surdité », observent Bertrand Levrat directeur général des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et Ricardo Avvenenti, directeur de la centrale d'achats et d’ingénierie biomédicale Vaud-Genève.

Les deux institutions sont en effet signataires d’un protocole d’accord conclu le 22 décembre dernier et qui vise à mettre en place une production massive de masques chirurgicaux transparents dans le canton de Genève. Le Canton, l'entreprise genevoise Jean Gallay, m3 Groupe, et la start-up HMCARE détentrice de la propriété intellectuelle liée au tissu transparent qui permettra de fabriquer le masque, sont les autres cosignataires de ce « Memorandum of understanding », destiné à donner un coup de fouet à un projet vieux de cinq ans et rendu encore plus pressant par la survenue de la pandémie de coronavirus en mars 2020.

Débuts il y a 5 ans

Le concept a en effet initialement été développé il y a plusieurs années par une conteuse active dans le domaine de l'oncologie pédiatrique, pour répondre à la demande de personnes souhaitant maintenir un contact visuel plus satisfaisant avec des enfants malades.  Indépendamment de la pandémie du coronavirus, la demande pour des masques chirurgicaux transparents n'a depuis cessé de croître. Le personnel de santé ou les proche-aidants qui s'occupent de personnes âgées ou atteintes de démence, celles en relation avec des personnes vivant avec un handicap auditif, mais aussi les professionnels de l'industrie des services et de l'événementiel, ont tous fait état d'un intérêt grandissant pour cette nouvelle génération de masques.

Aujourd’hui, l'objectif de cette stratégie de rapprochement entre les différents signataires du protocole d’accord est de faire en sorte qu'une innovation majeure sur le plan mondial, permettant de se protéger notamment du coronavirus tout en laissant apparaître ses émotions et les expressions de son visage, puisse rapidement voir le jour sur le territoire suisse. « La signature de ce Memorandum of understanding marque le début d'une aventure sanitaire et économique, avec pour perspective la création de nombreux emplois à Genève et la garantie d'un approvisionnement local en masques de nouvelle génération. C'est une excellente nouvelle dans la période morose que nous traversons », se réjouit Nathalie Fontanet, conseillère d'Etat genevoise chargée du département des finances et des ressources humaines, ainsi que du développement économique.

Le plus vite possible au prix le plus bas

« Notre ambition est (désormais) de proposer des masques le plus vite possible et au prix le plus bas, dans l'espoir que ce produit inédit devienne un nouveau standard mondial sur le plan sanitaire », concluent les chercheurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) à l'origine de l'innovation, Thierry Pelet et Sacha Sidjanski, respectivement directeur général et co-fondateur de la société en démarrage HMCARE. Pour l’heure, les dispositifs de commercialisation et de diffusion ne sont pas encore précisés.