Please Login otherwise your session will stop in

Publié le: 09 septembre 2019

HelloMask, aussi pour les personnes malentendantes

HelloMask, aussi pour les personnes malentendantes

Les infirmières romandes revendiquent le port de masque transparent pour mieux communiquer avec les personnes malentendantes hospitalisées. Des chercheurs suisses sont sur le point de faire aboutir le projet HelloMask.

Dans le cadre de la Journée à thème du 15 juin dernier, la fondation forom écoute avait choisi pour thème « malentendance : inclusion sous toutes ses formes ». Plusieurs infirmières de différents cantons ont soulevé la question du port de masque transparent pour le personnel soignant, afin de proposer aux patients malentendants une meilleure communication.

Bas les masques

Si le port du masque protège efficacement contre les bactéries, son opacité n’est pas adaptée à tous les patients. Bonne nouvelle, le Centre EssentialTech du Centre Coopération & Développement de l’EPFL et le laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche (Empa) de St-Gall collaborent depuis trois ans pour concevoir et commercialiser un masque transparent. Un projet essentiel pour un patient vulnérable et qui a besoin d’être rassuré lors d’un séjour à l’hôpital. Les expressions faciales peuvent pallier l’absence de parole.

L’idée de départ relève de Diane Baatard, qui, en 2016 était conteuse pour les enfants malades en soins palliatifs. En étroite collaboration avec le chef de projet aux Sciences de la Vie de l’EPFL, Sacha Sidjanski, le projet HelloMask est en cours de développement au sein du Centre EssentialTech, programme école de l’EPFL. Soumis au jury du Challenge Debiopharm­Inartis, celui-ci a décerné le prix de l’édition 2016 à HelloMask, afin d’encourager l’innovation dans le domaine de la santé. « Depuis quelques années, le confort et la qualité de vie des patients en cours de traitement sont une priorité. Si à la base, HelloMask est dédié aux enfants, nous aimerions remplacer les masques opaques pour que le personnel soignant accompagne au mieux les personnes malentendantes, ainsi que les patients dans les services gériatriques », précise le Dr Thierry Pelet, chef du projet au Centre EssentialTech de l’EPFL, projet soutenu par plusieurs fondations philanthropiques suisses.

Du côté du personnel soignant

Isabelle Michel, enseignante en Lecture Labiale à Châtel-St-Denis et infirmière de liaison au Réseau Santé Haut-Léman (RSHL), dans les Hôpitaux Riviera-Chablais, se déplace régulièrement sur six sites. « Le Service médecine compte une majorité de personnes malentendantes appareillées ou non et je travaille notamment au Service de réadaptation, dont la plupart des patients ont plus de 75 ans. En hiver, je porte un masque, n’étant pas vaccinée contre la grippe. Toutes ces personnes ont besoin de voir mon visage pour me comprendre et de mon côté, je dois également me faire comprendre. Je suis principalement responsable des entrées des patients et dois pouvoir communiquer de manière précise. Nous sommes actuellement dans une situation de double handicap ».

Lorsqu’Isabelle découvre un article sur le projet HelloMask, elle prend contact avec le Dr Pelet pour appuyer le port du masque transparent dans les hôpitaux, afin d’aider les personnes subissant un déficit auditif et les personnes âgées.

En parallèle, l’infirmière a proposé des cours dans le cahier de formation du RSHL et des cours de sensibilisation pour le personnel des EMS et pour les étudiants de l'HESAV. « Il faut apprendre au personnel à regarder les patients en face, pour qu’ils puissent lire sur les lèvres. Il serait par ailleurs utile qu’il sache utiliser la Lecture Labiale. Tous devraient être sensibilisés et formés pour communiquer avec les patients malentendants.

Idalina Gaspar travaille, elle, en chirurgie à l'Hôpital de la Chaux-de-Fonds ; elle

est malentendante depuis quelques années avec une aggravation progressive.

« Je possède déjà un téléphone vibreur pour entendre les sonnettes et les alarmes. Mon problème c'est de communiquer quand tout le personnel porte un masque en période de grippe et dans la zone des isolements. Comme je lis sur les lèvres, il m’est impossible de comprendre mes collègues et les médecins durant les transmissions d’informations. Pour les patients malentendants, c'est le même problème. Cela les angoisse et les attriste ; ils ont besoin d’appréhender quel traitement et quels examens ils doivent subir, ainsi que la démarche des soins quotidiens. Il est impératif de trouver une solution, comme HelloMask, qui nous permettrait de pouvoir communiquer ».

Innovation

Pour les chercheurs, le défi du masque transparent réside dans la matérialisation d’un produit à la fois poreux pour filtrer les bactéries et à la fois transparent. « Un matériau poreux est en soi opaque, d’où le défi de concevoir un nouveau matériau.  Le processus en cours est bien avancé, le brevet devrait être déposé encore cette année, répondant aux divers dispositifs et réglementations exigées », poursuit le Dr Pelet.

Plus qu’un projet académique, l’ouverture d’une start-up pour la phase de commercialisation est également en développement.

Le processus de fabrication devra permettre aux centrales d’achats d’acquérir le masque à prix modéré ; peut-être celui-ci remplacera-t-il le masque opaque existant depuis des décennies. L’EPFL et l’Empa doivent également tenir en compte de la bonne visibilité de la bouche du personnel soignant. « Pas besoin nécessairement d’un masque homogène. On peut imaginer concentrer la transparence au niveau de la bouche pour que les personnes malentendantes puissent lire sur les lèvres », précise encore le chef de projet. Affaire à suivre…

Informations sur :

https://cooperation.epfl.ch/fr/recherche/page-145020-fr-html/page-151748-fr-html/