elsb.akouo@bluewin.ch. " />

Jura bernois : l’Amicale de Tavannes, une octogénaire en pleine forme

L’amicale de Tavannes a fêté l’an passé ses 80 ans. Retour sur plusieurs décennies d’une vie associative très riche, en dépit de toutes les difficultés, et inlassablement au service des malentendants de la commune.

C’est une toute petite amicale qui a atteint en 2016 un âge vénérable : 80 ans ! 80 ans de vie associative réunissant des personnes souffrant de déficience auditive. L’Amicale des malentendants de Tavannes a en effet été fondée en 1936 ! Plus exactement le 24 mai 1936, date de la première assemblée générale de ce qui fut au départ, l’Amicale des sourds de Tavannes.

En 80 d’existence, l’amicale, même s’il est difficile de retracer précisément son histoire faute d’archives couvrant la période allant jusqu’à 1952, a œuvré sans relâche en faveur de ses membres. Des membres dont le nombre a toujours oscillé entre 20 et 30, un chiffre à rapporter aux quelques milliers d’habitants que compte cette commune du Jura Bernois.

« L’amicale a toujours été en activité, si ce n’est une courte période dans les années 70, où elle a été un peu mise en veilleuse, explique Elisabeth Bangerter, aujourd’hui secrétaire par intérim et ancienne enseignante en lecture labiale. Les personnes qui décédaient n’étaient pas remplacées par de nouveaux membres car c’était le boum des appareils auditifs : on pensait à ce moment-là à tort que les appareils réglaient tout, alors que le handicap reste bel et bien présent ».

Et d’ajouter : « A la fin des années 80, je me suis occupée de la Centrale acoustique de Bienne. Comme beaucoup de malentendants et sourds y venaient, l’idée est venue de relancer l’amicale ».

Deux sorties annuelles

Pour fêter dignement ses 80 ans d’existence, l’Amicale des malentendants de Tavannes et environs a convié ses membres à une sortie du jubilé dans l’Emmental. Le 1er octobre 2016, 19 adultes et 6 enfants ont participé à la sortie proposée suivie d’un repas de midi au restaurant du Sensorium de Walkringen.

Aujourd’hui, chaque année 2 ou 3 nouveaux membres permettent de maintenir stable le nombre de membres de l’amicale, qui demeure bel et bien vivante. Avec pour premier objectif d’organiser des activités destinées à maintenir le contact entre les personnes malentendantes. Deux sorties sont ainsi organisées chaque année, une au printemps et l’autre en automne. « C’est vraiment important de maintenir le contact entre les membres, souligne Elisabeth Bangerter. Les sorties permettent à chaque fois de visiter tous ensemble un lieu emblématique, comme une scierie, une distillerie artisanale, la centrale hydroélectrique de Hagneck ou l’Observatoire de Beausoleil, etc. »

L’autre moment phare de l’année pour l’amicale, c’est bien sûr la traditionnelle fête de Noël, où tous les membres se réunissent d’abord autour d’un bon repas, ensuite autour d’une projection de diapositives proposées par un invité de marque venu raconter ses aventures dans les plus beaux endroits du monde.

Au-delà de l’aspect « maintien du lien social » très important, l’amicale s’engage également dans des activités de soutien à la vie quotidienne des malentendants et sourds, en les informant, en particulier des nouveautés autour de l’appareillage et des aides auxiliaires – des questions de plus en plus complexes depuis l’instauration du remboursement forfaitaire en 2011 -, mais aussi en organisant des cours de lecture labiale.

Comité en autogestion

« La principale difficulté que nous rencontrons actuellement, c’est de trouver des personnes capables de s’engager pour faire vivre notre comité. Les gens participent volontiers à nos activités, mais s’engager dans une vie associative est beaucoup plus difficile aujourd’hui, surtout lorsqu’on a une vie familiale et professionnelle ».

Résultat : depuis 2003, l’Amicale fonctionne sans président et sans secrétaire ! Ce qui ne l’empêche pas de continuer à assurer ses missions sans le moindre souci. « Le comité fonctionne en autogestion, sourit Elisabeth Bangerter. C’est un petit miracle quand on considère en plus que l’on ne touche aucune subvention, en dehors des maigres cotisations des membres. Mais que voulez-vous, un jour, un membre m’a dit : « c’est le seul endroit où je me sente bien« . Y a-t-il quelque chose de plus motivant pour continuer ? »

Amicale des malentendants de Tavannes. Contact: Elisabeth Bangerter, secrétaire ad interim, elsb.akouo@bluewin.ch.