EFHOH, Age Platform Europe, l’Association européenne des audioprothésistes AEA et l’EHIMA, European Hearing Instrument Manufactures Association. source: https://www.hear-it.org/fr/un-probleme-de-sante-majeur-qui-ne-cesse-de-croitre-la-deficience-auditive " />

La déficience auditive – Un problème de santé majeur

Sous le thème de la Journée mondiale de l’audition – «Hear the Future – Soyons à l’écoute de l’avenir » – un déjeuner-débat a eu lieu au Parlement européen à Bruxelles le 6 mars. La conclusion générale du débat est que la déficience auditive est un problème de santé majeur qui ne cessera de croître dans les années à venir.

La députée européenne Renate Sommer (Allemagne PPE) a présenté le débat et l’a ouvert en disant que nous sommes confrontés à un problème de santé majeur en Europe en ce qui concerne la déficience auditive aujourd’hui. En particulier dans le futur, vers 2050, nous serons confrontés à un problème car il y aura de plus en plus de personnes âgées de plus de 65 ans dans l’UE dans les années à venir et en même temps nous vivrons de plus en plus longtemps.

Le vice-président de la Fédération européenne des malentendants, EFHOH, Lidia Best a donné un aperçu des déjeuners-débats précédents du Parlement européen et a déclaré qu’il était très important pour les personnes malentendantes en Europe que la déficience auditive et les soins auditifs professionnels soient mis à l’ordre du jour par L’UE et le Parlement européen.

Un problème croissant – avec des effets secondaires
Le président de l’Association européenne des audioprothésistes, AEA, a présenté une série de chiffres montrant comment le nombre de personnes malentendantes va augmenter dans les années à venir, car la déficience auditive dépend davantage de l’âge et du nombre de personnes âgées de plus de 65 qui augmentera considérablement au cours des 30 prochaines années. Il en va de même pour le déclin cognitif et la démence, qui dépendent également de l’âge. Le risque de démence augmente de 2 à 5 fois avec une déficience auditive non prise en charge. Mark Lauryens a donc souligné l’importance des soins de santé professionnels, car la déficience auditive est un facteur de risque modifiable contre la démence et que des études récentes ont montré que les interventions contre la déficience auditive par des soins auditifs éliminent ce risque accru.

Shelly Chadha, de l’Organisation mondiale de la santé, OMS, a donné un aperçu de ce qui attend le monde dans les 30 prochaines années en matière de déficience auditive. De plus en plus de personnes dans le monde auront une perte d’acuité auditive suite à une augmentation de la population et du nombre de personnes âgées. En 2050, l’OMS prévoit qu’environ 900 millions de personnes souffriront d’une déficience auditive invalidante. Pour préparer l’avenir, il est important d’avoir des stratégies pour prévenir la déficience auditive et pour contrer la perte auditive.

Conséquences personnelles et sociétales
Le professeur Hélène Amieva, Inserm, Bordeaux, a présenté un résumé de son récent article scientifique basé sur les résultats d’une étude longitudinale auprès d’environ 3.800 personnes suivies sur une période de 25 ans. Les résultats indiquent que la déficience auditive non prise en charge augmente davantage le risque de devenir à la fois dépendant des autres et de développer une démence. En même temps, l’utilisation d’appareils auditifs élimine totalement ce risque accru.

La professeure émérite Bridget Shield, de l’université South Bank, à Londres, a présenté une introduction de son étude sur les coûts sociaux et économiques de la déficience auditive non prise en charge. L’étude documente que les coûts de perte de qualité de vie et de perte de productivité dus à une déficience auditive non traitée sont très importants, plus de 500 milliards d’euros dans l’UE chaque année. A cela s’ajoutent les coûts de santé associés à la déficience auditive, les pertes de revenus, l’augmentation des prestations sociales due au chômage plus élevé des personnes malentendantes et les coûts de santé liés aux maladies liées à la déficience auditive. L’étude devrait être publiée plus tard en 2018.

Un sujet qui reste sensible
Anne-Sophie Parent, secrétaire générale d’Age Platform Europe, a déclaré que la déficience auditive chez les personnes âgées de plus de 50 ans, qu’Age Platform Europe représente, est encore un tabou et est associée aux personnes de plus de 80 ans. La déficience auditive est silencieuse et invisible, et de nombreux aînés la gardent pour eux-mêmes, ou n’en sont pas conscients. Anne-Sophie Parent s’interroge également sur le fait que si les soins de santé auditive professionnelle pour les enfants et adolescents sont pris en charge dans la plupart des Etats membres de l’UE, la déficience auditive chez les seniors est plus ou moins négligée et ignorée dans les politiques de santé de nombreux pays.
Appel aux Etats membres

Heinz Becker (Autriche, PPE) a terminé le débat en résumant les résultats et conclusions et a déclaré que la politique de santé est prise en charge par chaque Etat membre de l’UE, le Parlement européen ne peut donc qu’ appeler les Etats membres de prendre au sérieux le problème de la déficience auditive et de l’importance de l’audition comme un problème de santé majeur qui ne fera que croître dans les années à venir.


Les organisations à l’origine du débat

Le déjeuner débat a été organisé par la Fédération européenne des malentendants, EFHOH, Age Platform Europe, l’Association européenne des audioprothésistes AEA et l’EHIMA, European Hearing Instrument Manufactures Association.

source: https://www.hear-it.org/fr/un-probleme-de-sante-majeur-qui-ne-cesse-de-croitre-la-deficience-auditive