La journée Nationale de l’audition

JNA en France
La 21e édition française de la Journée nationale de l’audition s’est déroulée le 8 mars dernier. Quelque quatre millions de français sont concernés par des problèmes d’acouphènes permanents et douze à quatorze millions déclarent des acouphènes irréguliers ou permanents. 8% est concernée par l’hyperacousie. Le nombre d’individus est loin d’être anodin et ce sont les jeunes de moins de trente-cinq ans les plus touchés.

Cette journée était l’occasion de rassembler audioprothésistes, médecins ORL, orthophonistes et associations de malentendants afin de prévenir les risques auditifs.

Des actions ont été menées, tels contrôles et dépistages gratuits, conférences, manifestations culturelles et pédagogiques, expositions, diffusion de guides pratiques d’information.

JNA dans le canton de Fribourg
L’association fribourgeoise des malentendants, AFM, a organisé, avec le soutien d’enseignantes en lecture labiale fribourgeoises, trois séances d’initiation gratuites à la lecture labiale le 8 mars dernier.

« Le but était de mettre en contact les malentendants intéressés et les enseignantes, pour leur faciliter l’accès à la lecture labiale. Plus de vingt participants malentendants et des personnes de leur entourage étaient présents à cet événement », précise le président d’AFM, Christophe Lesimple.

Bonne surprise également, la venue de deux assistantes audioprothésistes, qui se sont déplacées afin de découvrir la lecture labiale. L’AFM espère ainsi que celle-ci soit proposée plus spontanément aux malentendants, en complément de l’appareillage, pour des personnes avec une surdité légère, surtout gênées par le bruit par exemple.

Le bénéfice de l’appareillage n’est pas garanti et il y a souvent plus de contraintes que d’avantages avec un appareil auditif. La lecture labiale est une solution pour mieux comprendre en cas de bruit. Pour les personnes appareillées qui ont toujours des difficultés de compréhension, la lecture labiale est une aide complémentaire très importante dans beaucoup de situations.

« Un tel cours apporte aussi un soutien psychologique, un moment où l’on peut appréhender ses difficultés ou ses stratégies pour communiquer. Le but est d’avoir une approche pluridisciplinaire lors de la prise en charge des malentendants », ajoute encore Christophe Lesimple.