Publié le: 23 mars 2021

Les enfants privilégient les sons pour percevoir les émotions

Les enfants privilégient les sons pour percevoir les émotions

A l’inverse des adultes, les enfants privilégieraient les sons pour percevoir et déchiffrer les émotions des autres. Non sans conséquences en cas de troubles auditifs.

Décidément, les enfants sont loin d’être des adultes miniatures. On le sait de longue date, leur fonctionnement et leurs perceptions diffèrent considérablement de ceux des plus âgés. Fait intéressant : une récente étude britannique à paraître dans le Journal of Experimental Child Psychology en avril prochain, vient de montrer que, pour décrypter les émotions de la personne avec laquelle ils interagissent, les enfants font plus confiance à leurs perceptions auditives qu’à celles relevant du mode visuel.

Au départ, tout remonte à ce que l’on appelle « l’Effet Colavita », du nom du chercheur qui a identifié en 1947 le phénomène inverse chez l’adulte, en clair le fait que ceux-ci ont tendance à privilégier le signal visuel à l’auditif quand ils sont soumis à une stimulation bimodale.

Soumis à des stimulus

Une équipe du département de psychologie de l’Université de Durham au Royaume-Uni a voulu vérifier si cette prégnance du visuel se retrouvait dans les processus attentionnels des enfants. Ils ont ainsi soumis des enfants répartis par âge, à des stimuli variés, soit des attitudes corporelles et des voix exprimant quatre émotions : joie, crainte, tristesse et colère. Les enfants devaient ensuite identifier et classer ces émotions selon qu’elles étaient véhiculées par la voix, par le visage ou enfin par l’attitude corporelle de leur interlocuteur.

Le résultat montre que si les adultes peuvent sans grande difficulté identifier une émotion exprimée par le corps, en ignorant les informations divergentes données par une voix, les enfants de moins de 8 ans n’y parviennent que très difficilement : chez eux, le stimulus auditif l’emporte très largement.

Dépistage

Les auteurs de l’étude estiment que leur travail constitue la première preuve, à ce jour, de la prééminence du signal auditif dans la réception des émotions par les enfants. En conséquence, ce constat montre une fois de plus à quel point un dépistage précoce d’éventuels troubles auditifs revêt une importance cruciale dans le développement psycho-émotionnels des enfants.