Moto, rock’n’roll et camaraderie !

Malentendante et responsable des boucles magnétiques à forom écoute, Anne Grassi s’adonne à une passion étonnante. Chaque année d’avril à octobre, la voilà qui s’embarque comme passagère de moto dans de longues balades à travers la Suisse. L’occasion de ressentir une extraordinaire sensation de liberté et de faire de passionnantes rencontres.

À la voir au quotidien, sérieuse et appliquée, qui pourrait soupçonner qu’elle cache un tel hobby ? Responsable des boucles magnétiques à forom écoute et malentendante depuis son plus jeune âge, Anne Grassi s’adonne depuis de nombreuses années à une bien surprenante activité, histoire de s’évader et d’évacuer le stress de la vie quotidienne. Notre dynamique quinquagénaire est en effet une passionnée de… balades à moto !

Une passion qui remonte à sa plus tendre enfance, mais avec laquelle elle n’a renoué que depuis 2008. « En fait, raconte-t-elle, mon grand-père maternel était fou de moto ! Je le revois encore sur sa Yamaha 250, avec ma grand-mère assise derrière, et dans mes souvenirs, nous partions en train, eux en moto, et je les voyais sur la route depuis mon wagon ! »

Seulement voilà: dès l’adolescence, la moto quitte la vie d’Anne. Une très longue parenthèse de plusieurs décennies qui prend fin… un beau jour de 2008, lorsque un lointain ami, lui-même quinquagénaire et motard, lui annonce qu’il est à la recherche d’une passagère. Ni une ni deux, Anne n’hésite pas, et après une virée d’essai, elle court au magasin faire l’acquisition du matériel du parfait « passager-motard », casque, veste et pantalon de pluie !

Comme le yoga !

« C’était magique, se souvient-elle. Au début, j’ai été un peu crispée car je ne connaissais pas très bien le pilote. Mais très vite, quelle extraordinaire sensation de liberté ! La moto, c’est pour moi comme le yoga, quand je suis dessus, je suis bien et j’oublie tout ! Je suis sûre que les gens, quand ils me voient sur ma moto sourire avec béatitude, doivent me prendre un peu pour une cinglée !»

Après ce premier essai plus que concluant, c’est sur internet qu’Anne Grassi trouve la possibilité de vivre sa passion à fond. Quelques clics et recherches sur google, et la voici qui tombe sur le site motard.ch, véritable portail romand consacré à la moto, qui regorge d’annonce de pilotes à la recherche de passagers, habituels ou occasionnels. « De nombreux motards n’aiment pas rouler seuls, commente Anne, c’est la raison pour laquelle ils recherchent des passagers, histoire de partager leur passion et leurs voyages ! » Dès 2009, notre aventurière en herbe fait la connaissance de deux motards dont l’un très vite deviendra un ami (Jean-Pierre) lequel l’embarquera pour de superbes balades en Suisse alors qu’avec l’autre pilote, ce sera plutôt des virées de quelques heures seulement.

Le début d’une aventure qui n’a pas manqué de surprendre sa famille, particulièrement ses parents, un peu inquiets de la voir s’élancer à toute vitesse sur les routes. « Bien sûr, la moto c’est dangereux, convient-elle. Mais mes compagnons de balades ne sont ni des jeunots ni des pépères. Ils ont fait leurs bêtises il y a bien longtemps, et ils sont conscients qu’ils ont la responsabilité d’un passager ! »

Loin des clichés !

Chaque année depuis 2008, la voilà qui embarque, d’avril à octobre sur de sacrés bolides, pour de longues randonnées à moto qui durent toute une journée. Pour elle, il y a cette extraordinaire sensation de liberté avec laquelle elle renoue à chaque fois avec un immense plaisir, mais il y a aussi la joie de faire de belles rencontres: « on rencontre de tout, des médecins, des employés des CFF, des mécaniciens, c’est vraiment très enrichissant ! »

Et loin des clichés, les motards se révèlent être de délicieux compagnons de balades, aussi attentionnés que respectueux. Un aspect d’autant plus agréable que certains d’entre eux sont également devenus des compagnons de… sorties. « Zucchero jouait à Avenches et j’avais très envie d’y aller, se souvient Anne. Alors, j’ai acheté deux billets en annonçant sur internet que j’offrais la place à qui m’accompagnerait et me ramènerait à la maison, plus exactement à qui accepterait de faire office de chauffeur. Depuis, je vais en concert en moto avec mon pilote fixe et nous assistons ensemble à des concerts de rock donnés par les groupes Deep Purple, ZZTop, Uriah Heep, etc. »

Aussi étonnant que cela puisse paraître, nos motards n’ont jamais eu le moindre problème à prendre pour passagère une malentendante férue de rock. « Je ne dis pas au premier contact que je suis malentendante, raconte Anne Grassi. Mais dès qu’on échange nos numéros de portable, je précise que je privilégie le sms en raison de mes problèmes d’audition. Ça ne leur pose aucune difficulté, au contraire, ils sont très attentionnés et font preuve d’une véritable galanterie ».

Route 66

S’il est en revanche un regret pour Anne, c’est bien celui de ne pouvoir s’essayer au pilotage de bécanes. « C’est sûr, c’est un rêve, d’autant que, plus jeune, un ORL me l’avait déconseillé en raison d’éventuels problèmes d’équilibre, admet-elle. Aujourd’hui, je n’ai pas le permis et je ne me sens pas la force de tenir une moto, je me contente donc d’être une bonne passagère, ça me comble et c’est déjà pas mal car c’est un véritable savoir-faire que de se concentrer sur les mouvements du motard et de la moto. J’ai ce qu’on appelle une bonne assiette, et je n’ai jamais fait tomber un motard »

Reste en tout cas un autre rêve qu’il est possible d’exaucer. Et il est très probable qu’Anne Grassi mette, dans les années à venir, le cap sur les Etats-Unis et leur mythique route 66. « Mon rêve, c’est de faire la route 66 en Harley Davidson, au moins en partie ! Ma fille Sabrina est partante et elle est prête à jouer également le jeu comme passagère. Je dois prendre contact avec avec une société organisatrice de circuits, et il ne nous reste plus qu’à dégoter des pilotes ! »

Ch.A.