Neuchâtel : Journée des amicales romandes

C’est sous un soleil radieux que près de 70 invités, venus de Romandie mais aussi de France voisine, se sont réunis pour la traditionnelle Journée des amicales romandes. Cette année, c’est l’amicale de La Chaux-de-Fonds qui a organisé la manifestation, avec le souci de mieux faire connaître le patrimoine et la richesse culturels de la ville.

Soleil… soleil… soleil… C’était une divine surprise: la traditionnelle Journée des amicales romandes, qui s’est tenue le 10 septembre dernier à La Chaux-de-Fonds, s’est déroulée sous un soleil radieux qui embellit la capitale horlogère, ville accueillante et joyeuse. A l’image de l’Amicale des malentendants de la Chaux-de-Fonds qui a reçu ses invités dans la joie et la bonne humeur, avec un sens très poussé de l’organisation et une volonté affichée de faire découvrir les attraits trop méconnus de leur attachante cité.

Dès 11 heures, les invités, dont 24 membres de l’association des malentendants de Pontarlier, en France voisine, s’étaient donné rendez-vous à la Maison du Peuple, non loin de la gare, pour un apéritif de bienvenue, ouvert par une allocution prononcée par Yves Borboën, le président de l’Amicale de la Chaux-de-Fonds. « Organiser cette journée a été pour nous un véritable défi, confie-t-il après son intervention. D’autant qu’à part Lysiane Wicky (ndlr, ancienne présidente de l’amicale jusqu’en 2009), c’est la première fois que notre comité s’engage dans un tel événement. Certes, au départ, on a l’impression que ce n’est pas grand-chose, mais on s’est vite rendu compte de l’ampleur de la tâche, et de la multitude de petits détails à régler jusqu’à la dernière minute ! »

Déficit d’image

Ce fut ensuite le tour de Pierre-André Monnard, président du conseil communal de la ville, qui a offert l’apéritif, de prononcer un chaleureux et protocolaire mot de bienvenue à l’intention des convives. Avec une intention évidente: marquer son attachement à la cause des malentendants, – son épouse souhaite s’impliquer dans la vie associative -, mais aussi promouvoir l’image de La Chaux-de-Fonds. « Notre ville souffre malheureusement d’un déficit d’image par rapport à l’arc lémanique, déplore-t-il. C’est la raison pour laquelle les autorités essaient de développer une vision touristique de la Chaux-de-Fonds, et de montrer que le coin vaut vraiment la peine d’être vu, au-delà de son image peu attrayante. Et puis enfin, il était important pour moi d’être là, car il est de tradition chez nous d’être présents dans ce type de manifestations associatives, fondamentales pour la vie de la cité. »

Michèle Bruttin, présidente bénévole de forom écoute, prit ensuite la parole, à la fois pour remercier l’amicale de son implication dans l’organisation hors pair de la journée, mais aussi pour donner à l’assistance un certain nombre d’informations sur la fondation, ses activités et ses perspectives d’avenir, avec d’ores et déjà un programme bien chargé pour l’année 2012. Michèle Bruttin considère d’ailleurs sa présence à la Journée des amicales romandes comme un moment privilégié de son activité de présidente: « il est important pour moi d’aller à la rencontre des malentendants. Et avec toutes les tâches à faire, c’est déjà pas mal d’arriver à être présente au moins une fois par an. Je conçois cette journée comme un moment important d’échanges, au cours duquel les malentendants peuvent directement venir me voir, me parler et interagir avec moi, autrement que par le téléphone ou le mail. »

Et d’ajouter: « je tiens d’ailleurs à rendre hommage à l’amicale de la Chaux-de-Fonds qui s’est si bien impliquée dans l’organisation de cette journée. Je sais que c’est un travail difficile, d’autant qu’il ne disposaient ni d’un bureau ni d’un budget important. C’est la raison pour laquelle d’ailleurs, forom écoute s’est aussi engagée par une contribution financière. »

Visites touristiques

Et aucun doute à avoir, l’amicale chaux-de-fonnière a mis le paquet: un accueil chaleureux, un timing respecté et… de petites attentions, comme ces chocolats d’un célèbre confiseur de la place, remis à chacun des convives, accompagnés de divers guides touristiques vantant les attraits de leur cité.

Dès 12h30, tous les invités se sont d’ailleurs retrouvés au Restaurant Citérama, au 14ème étage de la tour Espacité, avec une imprenable vue panoramique sur la ville, pour un repas convivial, avant de se scinder en trois groupes. Certains ont préféré visiter la ville en petit train, d’autres se rendre au Musée des Beaux-Arts. Le dernier groupe, quant à lui, a privilégié le célèbre Musée international de l’Horlogerie, avec un passionnant survol historique d’une industrie qui fit la richesse et la renommée de la ville.

Dès 16h30, et après un ultime adieu, chacun a regagné sa ville, non sans se fixer d’ores et déjà un rendez-vous pour l’année prochaine, avec une grande nouveauté: pour la première fois, la rencontre se tiendra hors de Suisse, à Pontarlier, en France voisine.

ChA