www.hear-it.org) " />

Témoignage: Moi, Darja, malentendante slovène et maman de 3 enfants

La Slovène Darja Pajk fait face à une déficience auditive depuis l’âge de 23 ans. Au début, elle en avait honte et se sentait à la fois solitaire, mal comprise et effrayée. Aujourd’hui, elle a accepté sa déficience auditive et reconnaît l’importance de dire aux gens qui l’entourent qu’elle est déficiente auditive ainsi que des avantages de parler avec d’autres personnes déficientes auditives.

Darja Pajk, âgée de 48 ans, travaille depuis 25 ans avec des personnes handicapées et a mis au monde trois filles. Par la suite, elle a dû affronter une déficience auditive progressive et inexplicable depuis l’âge de 23 ans. À ce stade, Darja a complètement perdu son audition et utilise des implants cochléaires qui lui permettent d’entendre. Au préalable, elle a bénéficié de l’utilisation d’appareils auditifs. Comme elle l’explique, les implants cochléaires se sont révélés indispensables pour faire partie du monde des entendants et empêcher la déficience auditive de la couper du monde : « Sans appareils auditifs et mes implants cochléaires maintenant, je me sentirais perdue ».

Au départ, Darja a eu recours d’abord à des appareils auditifs, jusqu’à ce qu’elle reçoive des implants cochléaires. Aujourd’hui, elle ne peut même pas s’imaginer comment elle aurait pu travailler sans eux. Dans son métier, elle est en constante conversation avec ses interlocuteurs et cela n’aurait pas été possible sans appareils auditifs. Ainsi, selon elle, les appareils auditifs étaient une partie intégrante de sa personne.

Difficultés à accepter la situation

Sauf que Darja n’a pas toujours apprécié ses appareils auditifs. Au début, elle a éprouvé beaucoup de mal à les accepter, au point d’en avoir honte et les cacher sous ses longs cheveux, s’imaginant que les autres ne l’apprécieraient pas et que sa déficience auditive l’isolerait socialement. De fait, elle a choisi de ne pas révéler aux autres l’existence de sa déficience auditive obtenant un résultat inverse, se sentant seule et incomprise..

À titre d’exemple, Darja décrit comment elle a commencer à craindre de conduire des conversations avec des personnes qui ne connaissaient pas sa déficience auditive, au point d’en arriver à éviter ce genre de situations, comme les activités à l’école de ses enfants.

Se sentir reconnue

Après avoir vécu avec une déficience auditive pendant 15 ans, Darja a finalement accepté ses circonstances et décidé de ne pas avoir l’impression qu’elle était néfaste. C’est à ce moment là qu’elle a commencé à dévoiler sa déficience auditive aux autres : «Les gens ont réagi normalement et j’ai finalement été reconnue à nouveau. Maintenant, tous mes amis, collègues, voisins et amis de mes filles savent que je suis malentendante. Ils comprennent la situation et la plupart d’entre eux l’acceptent très bien.»

Récemment, Darja s’est engagée dans l’Association des sourds et malentendants en Slovénie. Elle y a rencontré des personnes présentant les mêmes problèmes qu’elle et qui capables de comprendre parfaitement sa situation.

Résultat, les conseils de Darja à d’autres personnes qui éprouvent des problèmes auditifs sont clairs : à côté de leur expérience personnelle et d’un contrôle pour vérifier si les appareils auditifs s’avèrent utiles, Darja recommande aux personnes malentendantes de révéler leur problème auditif aux autres et de chercher quelqu’un avec des problèmes similaires afin d’en parler.

(Source: www.hear-it.org)