Une Journée à thème 2016 particulièrement réussie

Le 11 juin dernier, s’est déroulée la Journée à thème organisée chaque année par forom écoute. La question abordée pour cette 16e édition avait de quoi interpeler plus d’un : « Malentendants dans un monde d’entendants, quelles stratégies ? ». Pour y répondre, un psychiatre, une écrivain, deux spécialistes de la réinsertion professionnelle et un fondateur d’entreprise, lui-même malentendant, ont été invités. Retour sur une journée passionnante.

Un nouveau décor, pour une 16ème Journée à thème qui a incontestablement été une grande réussite. C’est en effet dans le magnifique amphithéâtre du Musée Olympique de Lausanne, à deux pas du lac Léman, que s’est tenue le 11 juin dernier, la traditionnelle Journée à thème de forom écoute. Une journée qui vu arriver pas moins de 130 participants – des habitués, mais aussi un nombre appréciable de nouvelles personnes -, pour écouter les orateurs, réunis autour d’une thématique cruciale : « malentendants dans un monde d’entendants, quelles stratégies ?».

Un chef d’entreprise malentendant et fondateur d’une start-up promise à un bel avenir, un médecin psychiatre spécialisé dans les questions de surdité, deux expertes en insertion professionnelle pour les personnes souffrant dans leur santé, et enfin une écrivain, venue de Paris pour l’occasion et elle-même sourde d’une oreille : tel est le panel d’invités qui, tout au long de la journée, ont pris la parole pour exposer au public, chacun de son point de vue, leur expérience de cette problématique si importante pour tout malentendant.

img_4643 img_4626 img_4605 img_6323

Comme de tradition, la journée a commencé avec l’allocution de bienvenue prononcée par Laurent Huguenin, le nouveau président de la fondation romande des malentendants. Une allocution centrée, au-delà de l’indéniable réalité du handicap, sur la question de la perception de celui-ci, véritable fil conducteur de la journée, tant il est vrai que c’est bel et bien celle-ci qui conditionne les futures capacités d’adaptation du malentendant.

« Egalité des opportunités »

Et le premier orateur de la journée illustre à souhait l’importance de cette perception. Olivier Jeannel est en effet un malentendant au parcours atypique. Né aux Etats-Unis où il a grandi jusqu’à l’âge adulte, ce jeune chef d’entreprise, parfaitement bilingue, est en effet imprégné de la culture américaine. Celle qui, fondée sur le très anglo-saxon concept « d’égalité des opportunités », conduit la société à agir pour permettre à tout un chacun, y compris ceux qui souffrent d’un handicap, de pouvoir accéder à l’ensemble des prestations et possibilités.

Une démarche qu’Olivier Jeannel, après son arrivée en France pour y étudier, entend désormais adapter au marché français et européen, en lançant « Roger Voice », une très prometteuse application de reconnaissance vocale pour smartphones, destinée à permettre aux sourds et malentendants de téléphoner. Et de conclure, fort de sa double expérience de malentendant et d’entrepreneur : « C’est en réalité la perception du handicap qui est handicapante ! »

L’intervention qui a suivi fut fondamentalement différente, moins marquée par l’esprit entrepreneurial et plus teintée… de sensibilité thérapeutique. Et pour cause, le docteur Pierre Cole est médecin psychiatre aux Hôpitaux Universitaire de Genève. Malgré son relatif jeune âge, il a déjà derrière lui de longues années de travail et d’intérêt pour la problématique des troubles auditifs. Et ses propos, tenus sur le ton d’une agréable causerie, ont eu le grand mérite de replacer la malentendance au sein d’une problématique plus globale, celle de l’attitude de tout humain face à la maladie, et au fond, face aux difficultés de l’existence.

Son point de vue, un brin iconoclaste et dont il admet volontiers qu’il peut être biaisé ? « La malentendance cristallise une problématique qui est autre ». Et d’expliquer les différentes phases, non linéaires mais intriquées, par lesquelles les humains passent pour s’approprier leur trouble, tout en déclinant les multiples ressources qu’un malentendant peut développer et exploiter pour avancer.

La troisième et dernière intervention de la matinée illustra à souhait la convergence des propos tenus par les précédents intervenants, à la confluence de la psychologie et du monde de l’entreprise. Cathy-Jill Barraud est en effet directrice de la fondation IPT Vaud (Intégration pour tous) et Katia Hoszowski, psychologue et conseillère en insertion professionnelle. A elles deux, elles totalisent une longue expérience en matière d’insertion professionnelle des personnes souffrant d’un handicap. Leur fondation, en interaction avec les offices cantonaux de placement et les entreprises, obtient d’ailleurs d’excellents résultats en la matière. Et c’est cette précieuse expérience, agrémentée de nombreux exemples et anecdotes, qu’elles sont ainsi venues exposer à un public très intéressé par leur démarche, particulièrement les jeunes malentendants, bien évidemment concernés au premier chef.

Mon oreille, mon amour

Après un copieux repas dans le magnifique restaurant du Musée Olympique, l’après-midi fut dans un premier temps consacrée à l’interview d’Elisabeth Barillé, écrivain et auteure d’un très émouvant témoignage joliment intitulé « L’oreille d’or ». Et là encore, le fil rouge de la notion de « perception du handicap » fut largement retrouvé, l’auteure expliquant, avec sa sensibilité exacerbée, comment de son « oreille morte » et de la souffrance afférente – elle est en effet depuis son enfance, totalement sourde d’une oreille -, elle a pu faire, au fil des années et du temps, un véritable objet d’amour, indissociable de sa vie, de ses réussites, et plus important encore, de sa vocation d’écrivain.

Comme à l’accoutumée, la Journée s’est terminée par les nombreuses questions adressées aux orateurs par un public, interpelé par certains des propos tenus, avide d’en savoir plus sur les questions abordées, et parfois même, simplement soucieux d’apporter et de partager, en toute simplicité, son propre témoignage.