Publié le: 07 janvier 2021

Une norme internationale pour la gestion des appareils auditifs

Une norme internationale pour la gestion des appareils auditifs

Pour la première fois, une norme internationale fournit un cadre général pour la gestion de l’ajustement des appareils auditifs. Un premier pas pour l’amélioration de la qualité des services, en mettant le patient au centre du dispositif d’appareillage.

Peu de gens la connaissent. Mais, l’ISO (Organisation internationale de normalisation), basée à Genève, est une organisation internationale non gouvernementale, dont les 165 membres sont des organismes nationaux qui œuvrent de concert à élaborer des normes internationales d’application volontaire, fondées sur le consensus, et pertinentes pour le marché. Objectif de ces normes :  garantir la qualité, la sécurité et l'efficacité des produits, services et systèmes etc.

Et pour la première fois, cette organisation vient d’édicter une norme en matière d’appareils auditifs. L'ISO 21388,- c’est son nom -, fournit un cadre général à l'ajustement et au réglage des appareils auditifs, y compris les étapes pré et post-appareillage, conçu pour rendre la gestion de l'appareil auditif plus explicite et transparente.

Meilleure rééducation auditive

L'objectif est d'obtenir la meilleure rééducation auditive possible grâce à des connaissances, une formation, des compétences et une approche systématique de l'ajustement des appareils auditifs en étroite collaboration avec le client. Car c’est là le principal intérêt de cette évolution normative : placer l’individu au centre du dispositif et des stratégies en matière de réglage des appareils grâce à un partage efficace des informations.

L’avènement de cette nouvelle norme est en tout cas salué par l’EHIMA, l’Association européenne des fabricants d'appareils auditifs. « Même à une époque de médecine de haute technologie, tout traitement qui réussit durablement repose sur un ensemble de valeurs traditionnelles, telles que le respect et l’implication du patient, observe Søren Nielsen, le président de l’Association. Les études comparatives internationales sur le succès des soins auditifs prouvent que plus un patient est activement impliqué et a son mot à dire dans le processus d'adaptation, plus il a tendance à être plus satisfait du résultat : l'acceptation de ses appareils auditifs est plus élevée, ils sont utilisés, dans l'ensemble, davantage d'heures par jour, et le patient bénéficie au final d'une meilleure qualité de vie. »