Valais : Forom écoute à la Course Titzé

Place de la Planta, Sion, le samedi 11 décembre 2010. Toute l’équipe de forom écoute s’est donné rendez-vous sur son stand, à l’occasion de la course Titzé, la célèbre Course de Noël. Une vitrine idéale pour la fondation, et l’occasion de mener un inlassable travail de sensibilisation et de prévention.

« Chaque fois que l’on peut être en contact direct avec la population, c’est tout bénéfice. D’une part parce que cela apporte une vraie visibilité à forom écoute, et d’autre part parce que cela nous permet de perpétuer un travail de sensibilisation et de prévention qui est très important pour nous ! » Pour Céline Besson, cheffe de projet à  forom écoute, la présence de la fondation, le 11 décembre dernier, à la célèbre course Titzé de Noël à Sion, va de soi. Même son de cloche d’ailleurs du côté de Michèle Bruttin, présidente de forom écoute, qui ne cache pas sa satisfaction: « c’est vraiment très important d’être là, déclare-t-elle. Cette course attire beaucoup de jeunes qui viennent soit courir, soit assister à l’événement. Grâce à notre stand, nous sommes sûrs d’en toucher un maximum pour pouvoir les sensibiliser aux questions de l’audition ! »

Sensibilisation

Depuis cinq ans, grâce aux contacts de Marco Ecclesia, membre de son conseil de fondation, forom écoute dispose gracieusement, le jour de la course, d’un stand sur la célèbre place de la Planta, au cœur de la ville de Sion. Un emplacement de premier choix, qui lui permet de mener son travail de sensibilisation avec un maximum d’efficacité. « Nous tenons à remercier chaleureusement Marco Ecclesia, ainsi que messieurs Titzé et Gaudin pour leur collaboration et leur générosité, tient à préciser Céline Besson. Grâce à eux, nous bénéficions d’une grande visibilité dans une manifestation d’envergure comme la course Titzé ! »

Grande star du jour, la « Roue des décibels », un jeu qui consiste à demander au public de tenter d’évaluer l’intensité sonore induite par des événements de la vie quotidienne, conversations, bruits de la nature etc., et qui rencontre un énorme succès, particulièrement auprès des enfants. « La roue attire les enfants, observe Jean-Bernard Lathion, ancien président de forom écoute et de l’amicale du Valais. Et à travers eux, les parents suivent, ce qui est vraiment très positif pour nous ! »

Chaque participant repart avec un cornet estampillé « forom écoute » et dans lequel se trouvent entre autres, des friandises et chocolats, une paire de bouchons auditifs, un exemplaire du magazine aux écoutes, et la brochure de prévention éditée par forom écoute, intitulée « Mes oreilles, c’est du sérieux ! ». Une démarche qui rencontre un succès inattendu. « L’année dernière, pour la première utilisation de la roue des décibels, nous avions préparé une centaine de cornets, se souvient Céline Besson. Tous étaient écoulés dès le début de l’après-midi, alors cette année, nous en avons prévu deux cents, et ils semblent partir à toute vitesse ! »

En cette radieuse journée de décembre, tout forom écoute s’est donné rendez-vous à la place de la Planta, dans une ambiance très bon enfant. « C’est un travail d’équipe, et il est important que nous soyons tous là, se réjouit la présidente Michèle Bruttin. Car cette journée est aussi l’occasion d’être tous ensemble, de discuter, de nous retrouver. »

Nouveauté

Grande nouveauté pour cette édition: la présence d’un stand supplémentaire monté à l’instigation de la Commission jeunesse de forom écoute. Equipés d’un tee-shirt sur lequel on peut lire un très militant « Je suis malentendant(e), essayez mes oreilles », Solène, Fiona, Mégane et Fabrice mènent un très intéressant travail de sensibilisation. Leur démarche ? Faire entendre au public, via des écouteurs, un morceau de musique et un extrait du journal télévisé, d’abord en audition normale, puis ensuite, en version « malentendant », tels que chacun d’eux les perçoit en réalité. « Grâce à un logiciel, chacun d’entre nous a modélisé sa propre perte auditive pour la faire écouter aux personnes intéressées, explique Solène Perruchoud. Cela permet au public de prendre réellement la mesure de ce que nous entendons dans notre vie quotidienne». Et le résultat est éloquent: « nous voyons sur leur visage qu’ils se rendent compte de ce que nous vivons dans la réalité, constate Fiona Vullo.  C’est très concret et très efficace ! » Et puis, ajoute-t-elle, le but de notre présence est aussi de montrer qu’il n’y a pas que des personnes âgées parmi les malentendants. De nombreux jeunes souffrent également de ce handicap ! »

« Sans nul doute, nous serons présents l’année prochaine, car la course Titzé qui attire du monde de partout, nous permet de toucher un maximum de personnes », conclut Céline Besson, qui ajoute dans un grand sourire: « ce qui serait très sympathique pour l’édition 2011, ce serait de monter une équipe « forom écoute » qui participerait à l’une des courses ! Et l’idéal serait de réussir à trouver un sponsor qui nous financerait à hauteur des kilomètres parcourus ! »

Charaf Abdessemed

Une institution sédunoise

Doyenne des courses pédestres de Suisse, la course Titzé, rebaptisée « Course Titzé de Noël » a lieu chaque année à Sion depuis sa fondation en 1969, par Otto Titzé, un horloger-bijoutier de la ville passionné de sport et de course à pied. En 40 ans d’existence, elle est devenue un des événements incontournables de la vie sédunoise, regroupant au fil des éditions et des kilomètres parcourus au cœur de la capitale valaisanne, plus de 2500 coureurs de tous âges, dont plus de 1500 jeunes. Parmi les concurrents classés par âges et par catégories, des coureurs de toutes nationalités et de tous niveaux, dont certains ont remporté d’importantes compétitions internationales. Malgré la qualité des compétiteurs, la course n’en reste néanmoins pas moins pour autant une manifestation très conviviale qui se déroule dans une atmosphère bon enfant et familiale. Grande nouveauté cette année, une soupe de Noël a été offerte aux coureurs et aux spectateurs en fin d’après-midi.