Vaud: Une Journée sous le signe du bien-être…

Le 6 juin dernier, la 15ème Journée à thème de forom écoute a eu lieu à l’Université de Lausanne, sur le thème « Bien-être et mal-être du malentendant ». Des orateurs de grande qualité et un public passionné et attentif ont fait de cette journée une grande réussite.

Un psychiatre, en fauteuil roulant, très récemment retraité, une psychiatre spécialisée dans la surdité et une psychologue, elle-même sourde ! Tel est le cocktail détonant qui est intervenu ce samedi 6 juin 2015, lors de la 15ème Journée à thème de forom écoute, anciennement dénommée Congrès. La thématique retenue pour cette édition, «Bien-être et mal-être du malentendant », était à elle seule tout un programme et a attiré dans l’amphithéâtre du Bâtiment Anthropole de l’Université de Lausanne, un public nombreux, plus d’une centaine de personnes!, avides d’en savoir plus sur cette problématique si cruciale pour le monde des malentendants.

Après le traditionnel café-croissants d’accueil, et le mot de bienvenue prononcé par Michèle Bruttin, présidente de forom écoute, ce fut au tour du docteur Nicolas de Tonnac, ancien médecin-psychiatre aux Hôpitaux Universitaire de Genève, de prendre la parole. Intervenant sans notes, le praticien a littéralement captivé son auditoire dans une allocution très enlevée, mêlant témoignage personnel et éléments thérapeutiques, savamment distillés.

Discours captivant

Des concepts aussi importants que « colère », « apprentissage du renoncement », « appel à l’aide », « fin de la toute-puissance », « acceptation du handicap et des limites de la vie », « puissance du pardon », etc., ont ainsi été abordés au cours d’un discours captivant, dont le grand mérite aura été d’inscrire le handicap dans la continuité des questions métaphysiques que se pose tout être humain, avec ou sans handicap.

Doté d’un charisme incontestable, doublé d’une voix de stentor, et fort d’une expérience de vie unique – il est lui-même en fauteuil roulant depuis l’âge de 15 ans, il y a cinquante ans ! -, le docteur de Tonnac a ainsi su trouver les mots justes pour toucher un auditoire conquis, le laissant comprendre avec autant d’humour que d’empathie, qu’il est souvent possible que les affres du handicap puissent laisser entrevoir, malgré les difficultés, des perspectives insoupçonnées.

En seconde partie de matinée, ce furent au tour de la doctoresse Aurore Juan, également psychiatre, et de la psychologue Laetitia Lefils de prendre la parole, afin de présenter en duo la très intéressante expérience du Centre Médico-psychologique de Lyon. La particularité de cet établissement, né d’un constat de carence en offre de soins en santé mentale et ouvert il y a à peine quelques mois ? Être spécifiquement destiné à un public de personnes sourdes, malentendantes ou devenues sourdes. Une spécificité d’autant plus intéressante pour un public romand qu’aucune structure similaire n’existe à ce jour chez nous en Suisse.

Centre spécialisé

A grand renfort de références bibliographiques et de données chiffrées, le tandem lyonnais a ainsi développé les principaux axes de la mission dévolue au nouveau centre, ainsi que les objectifs fixés à cette structure d’accompagnement un peu particulière, fondée sur un principe clair : la détresse psychologique des personnes sourdes ou malentendantes mérite une prise en charge spécifique afin de mieux tenir compte des spécificités de ce handicap invisible. Avec une petite attention accordée plus particulièrement aux malentendants, personnes entre deux mondes et, pour reprendre l’expression de Laetitia Lefils, « en situation d’apatrides ». Fortes de ce constat, les deux spécialistes ont ensuite exposé leurs réflexions quant aux modalités pratiques de prise en charge et d’accompagnement de ce public aux besoins si particuliers.

Après une pause-repas au restaurant de Dorigny, les convives se sont retrouvés, comme à l’accoutumée, pour une après-midi de débats. Les trois orateurs de la matinée se sont alors soumis au feu-roulant des questions de l’auditoire, interpellé par les interventions de la matinée et soucieux à la fois de témoigner de sa propre expérience et d’obtenir des réponses de la part des trois professionnels.

ChA