Voler de ses propres ailes après Le Repuis

Voler de ses propres ailes après Le Repuis
La fin l’année scolaire approche ; pour les malentendants, les sourds ou jeunes en difficulté, quelles sont les formations professionnelles pour prendre leur envol ? Point fort en Suisse romande : le Centre CFPS Le Repuis.

Chantier secteur maçonnerie 2017

Le Centre de formation professionnelle spécialisée (CFPS) Le Repuis, constitue un atout majeur dans la formation professionnelle spécialisée en Suisse romande.
Au cœur de ses préoccupations et à l’image d’un Rubik’s cube, les niveaux, les concepts de formation, la socialisation et le choix de nombreuses voies se dressent, s’entrecroisent et se combinent, dans le but de répondre de manière spécifique et personnalisée aux besoins de chaque futur-e apprenti-e.

Cela leur permet de trouver leur place au sein d’une formation en entreprise, en atelier ou en partenariat-entreprise pour obtenir un CFC, une AFP, voire une attestation de formation pratique…
« Environ 30% des jeunes viennent d’un établissement spécialisé, 35% de l’enseignement obligatoire pas toujours abouti et les autres ont été sans occupation durant les mois qui précèdent leur formation. Nous mettons en avant le rôle « professionnel » de notre Centre et au contraire, minimisons le terme « spécialisé » qui stigmatise les jeunes », explique Luc Lambert directeur-adjoint de l’unité ressources socio-pédagogiques.

En pratique
Ainsi, des jeunes ayant besoin d’un soutien durant leur formation, et également des malentendants ou sourds, soutenus par l’AI, peuvent apprendre un métier au CFPS. Quelque 380 apprentis, dont 150 au Centre principal de Grandson, bénéficient d’un apprentissage, précédé d’une préparation à la formation initiale, de stages et d’appuis personnalisés selon le rythme de chacun. Un soutien de santé est également proposé, composé de psychologues, art-thérapeutes et infirmières.

secteur paysagiste 2017

Le Repuis propose trois concepts de formation : une formation en atelier, une formation en partenariat-entreprise ou encore une formation directement en entreprise.

Si l’apprenti est autonome et sans grandes difficultés, la formation en entreprise en vue d’une AFP ou d’un CFC, avec le soutien d’un coordinateur de l’insertion professionnelle, CIP, est privilégiée.

Le CFPS dispense des formations professionnelles pouvant déboucher sur trois niveaux de certification. La formation pratique interne pour une certification des compétences opératoires (FP), l’attestation fédérale de formation professionnelle (AFP) et la formation initiale standard en vue de l’acquisition du certificat fédéral de capacité (CFC).

« L’Assurance Invalidité, AI,finance la formation et l’hébergement. Si l’apprenti profite d’un hébergement au Repuis, en raison de l’éloignement de son domicile ou pour des raisons familiales, nous tenons bien évidemment compte de ses activités sportives ou de loisirs, afin qu’il conserve des relations avec ses amis », poursuit le directeur-adjoint en ressources socio-pédagogiques.
Les liens sociaux, la transversalité, répondre aux besoins de chacun est prioritaire. Le Repuis est également établi à Yverdon-les-Bains, où les formations en entreprise sont pour le moment centralisées. Des antennes se trouvent à Lausanne, Neuchâtel, Fribourg, Genève et en Valais.
Dans le cadre du projet Repuis 2020, l’ensemble des activités et ateliers du CFPS seront centralisés à Grandson, dans un nouveau bâtiment qui sera inauguré l’année prochaine.

Où loger durant la formation ?
Il existe plusieurs options durant la formation : Le Repuis met à disposition des hébergements progressifs, adaptés aux besoins des apprentis avec le soutien des éducateurs/trices, un internat, des lieux de vie décentralisés et des appartements. Une grande partie des apprentis reste en externat durant toute la formation. Un réfectoire est à leur disposition pour les pauses et les repas.

Le siège de Grandson compte des classes, ateliers, internat (la Maison Jura-Lac) pourvu d’un réfectoire et le restaurant d’application « Le Petit Gourmand », ouvert au public où les apprentis mettent en pratique leurs apprentissages. Ce dernier est implanté dans la verdure, face au lac, privilégiant des terrasses végétalisées, réalisées par les apprentis horticulteurs et paysagistes.
La construction de nouveaux ateliers dédiés à différents corps de métier est en cours et devrait permettre, dès la rentrée 2019, de centraliser et regrouper les cours pratiques et les ateliers.

Témoignage
Actuellement, parmi les apprentis, cinq sont sourds ou malentendants. Témoignage d’un jeune sourd qui s’est adressé à nous en LSF et traduit par Michèle Lovis, répondante-surdité au CFPS Le Repuis.

« Après avoir été refusé au sein de l’école cantonale d’art du Valais à cause de mon niveau insuffisant en allemand et en anglais (!), j’ai éprouvé une grande déception. Des amis m’ont parlé du Repuis et l’AI m’y a orienté. Après deux stages différents de deux semaines chacun à mon arrivée au Repuis, j’ai effectué mon stage de confirmation de six semaines dans le domaine des arts-graphiques, qui m’ouvre les portes d’une formation CFC de technologue en impression, option reprographie ».

secteur mécanique 2016

Arrivé en août dernier au Repuis, il prépare son entrée à l’Ecole romande d’arts et communication, ERACOM. « Le niveau CFC qui dure quatre ans, est élevé, aussi je travaille énormément le vocabulaire professionnel, incluant également les textes en français, l’écriture et la syntaxe ».
À son entrée à l’ERACOM, l’étudiant bénéficiera de l’aide d’un interprète LSF pour les cours professionnels. Interprète avec qui il collabore déjà et avec qui le courant passe.
Curieux, autodidacte, bosseur, observateur, amateur d’informatique, de photographie et de mode, il aime aussi la découverte des cultures, les expériences différentes et les histoires vécues. Un plus pour lui dans la vie de tous les jours.

« Lorsque je suis arrivé à Grandson, ma famille me manquait et l’idée d’être en internat me pesait. Maintenant, cela se passe vraiment bien. Si la communication avec mes camarades est parfois spartiate ; nous dialoguons beaucoup avec des messages via les smartphones. J’échange plus facilement avec les éducateurs/trices qui connaissent la langue des signes et en particulier avec Michèle Lovis, éducatrice spécialisée, qui connaît également bien le réseau externe au Repuis en lien avec la surdité et la malentendance. « Au Repuis depuis huit ans, j’ai rencontré et suivi – parfois pour une semaine découverte ou le temps d’une formation de quatre ans – une quarantaine d’apprentis. Qu’ils soient implantés, appareillés, oralistes, utilisant ou non le code LPC ou encore communiquant en Langue des Signes, je valorise toutes les formes de communication et m’adapte à chacun ».

L’apprenti se projette déjà à la fin de ses études et espère trouver un travail avec l’aide du Repuis.

Soutien social
L’aspect psychologique est très important ; pour un jeune, il est parfois difficile d’accepter d’être dans une école dite spécialisée. Quoi qu’il en soit, ils reçoivent un titre fédéral, avec exactement les mêmes niveaux d’exigences que dans l’économie libre. Leur CFC ou AFP ont la même valeur sur le marché du travail que les diplômes obtenus dans n’importe quelle entreprise ». « L’enjeu social prime et mon rôle premier envers les apprentis, avec le soutien des familles, consiste à être bienveillante et pédagogue, à l’écoute, de les accompagner et les encourager pour qu’ils croient en leurs capacités. Notre regard sur eux est important et nous positivons toujours. Ils ont besoin, comme tout le monde, de reconnaissance ».
Entre son maître socioprofessionnel, son enseignant-e, éducatrice ou éducateur et les autres soutiens mis à disposition, le réseau de l’apprenti-e regroupe en général quatre à cinq formateurs.

Plusieurs activités de loisirs sont programmées hebdomadairement. Culture, sport, bien-être & fun, sorties leur permettent de décompresser et de s’intéresser au monde environnant.

Marché du travail
« Nous accompagnons les diplômés sur le marché du travail, afin de les aider à trouver un poste, démarche qui aboutit pratiquement toujours de manière positive. De plus, nous sommes responsables des contrats et nous garantissons un suivi en cas de besoin, soutenant ainsi l’employé et l’employeur », évoque encore Luc Lambert.
50% des apprentis commencent chaque année, au mois d’août ; avis aux intéressés, les semaines découvertes sont possibles jusqu’au début du mois de juillet. Les 50% restants commencent en cours d’année. Quelque 240 familles visitent annuellement le CFPS, en vue d’une inscription. En moyenne, 150 jeunes viennent y faire une semaine découverte.

Le logo du Repuis, qui représente deux oiseaux en vol, est un message fort pour les adolescents et jeunes adultes de l’institution. «Pouvoir voler de ses propres ailes reflète bien notre philosophie et l’objectif que nous cherchons à atteindre avec eux ».
Infos pratiques CFPS Le Repuis : www.lerepuis.ch, Assurance Invalidité AI : www.ahv-iv.ch

Malentendants, sourds et entendants en formation au Repuis
Les apprentis suivent deux stages d’orientation au début de la 1ère année.
Une fois le stage de confirmation de 6 semaines effectué et le métier choisi, ils apprennent les premiers gestes professionnels.
Ils sont évalués sur leur niveau de formation durant la 1ère année passée au Repuis.
+ 1 an pour la formation pratique.
+ 2 ans pour la formation AFP.
+ 3 ans ou 4 ans pour la formation CFC.
En fonction des compétences et du niveau de formation, ils suivent leur apprentissage en atelier,
ou/et dans les entreprises partenaires,
ou/et chez un patron.

Secteurs de formation au Repuis
Arts Graphiques
Bureau-Commerce
Carrosserie-tôlerie
Cuisine
Entretien des bâtiments
Ferblanterie-Sanitaire
Horticulture
Intendance
Maçonnerie
Mécanique
Menuiserie
Paysagisme
Peinture en bâtiment
Restaurant d’application : « Le Petit Gourmand »
Logistique et vente en partenariat entreprise.

Erratum:
Une erreur s’est glissée dans nos lignes sous le paragraphe Soutien social. Veuillez nous en excuser.