Voyage de noces à l’Île Maurice

Sourds profonds et appareillés, Hadja Kaba et Boris a Marca se sont mariés en juillet 2012. Six mois plus tard, les voilà qui s’envolent pour l’Île Maurice, pour leur voyage de noces. Une nature d’une beauté à couper le souffle, des habitants d’une gentillesse hors du commun et une cuisine savoureuse ont fait de ce voyage un véritable enchantement.

A les voir ainsi se couper la parole, s’échanger des regards amoureux et compléter chacun les propos de l’autre, ils font incontestablement penser à Chouchou et Loulou, protagonistes de la célèbre série qui avait cartonné sur France 2 et la TSR il y a quelques années. Hadja Kaba a 26 ans et est éducatrice spécialisée. Mécanicien de véhicules d’entretien d’exploitation, Boris a Marca a 38 ans. Elle, née à Berne, est un melting-pot à elle seule, avec ses origines française, ivoirienne, espagnole, autrichienne. Lui, né à Porrentruy est, avec son patronyme à l’italienne, originaire des Grisons.

Les deux, sourds profonds, mais qui, comme ils le disent, «  perçoivent une partie de ce que nous autres entendons » et s’expriment très bien grâce à leurs appareils auditifs, s’aiment, depuis longtemps, depuis qu’ils se sont connus, un soir de 2004, dans le cadre d’un congrès organisé par l’ASPEDA (Association Suisse de Parents d’Enfants Déficients Auditifs). Depuis 2008, ils font donc ménage commun, et ont pris le temps de s’apprécier, de se découvrir, d’être sûrs que chacun convenait à l’autre. En 2012, nos deux tourtereaux décident, enfin, de se marier et signent devant le maire, le 14 juillet de cette même année.

Île paradisiaque

Restait… le plus agréable: trouver une destination pour le voyage de noces. « L’idée, explique Hadja, était de trouver un endroit où nous n’étions jamais allés. Et si possible dans un pays chaud, puisqu’on voulait partir en décembre ». Maldives, Seychelles et autres destinations défilent sur les catalogues et les sites internet. Et c’est finalement l’Île Maurice qui est retenue, d’autant plus facilement que la mère d’un ami du couple est originaire de là-bas.

11 heures de vol, et les voilà qui débarquent en décembre 2012 sur cette île paradisiaque, pour 16 jours de vacances et de découvertes. Bien organisés, les deux jeunes gens divisent leur séjour en deux. La première semaine à Grand Baie au nord de l’île, consacrée à la découverte, et la deuxième dévolue au repos et au farniente dans le sud du pays, au sein de la très réputée station balnéaire de Flic en Flac.

Et en matière de découvertes, Hadja et Boris vont être servis. C’est d’abord pour Hadja, l’occasion de réaliser un vieux rêve: nager avec des dauphins. « Nous étions 4 couples à aller en haute mer, raconte Boris et nous avons été les derniers à nager avec les dauphins. Il y en avait une vingtaine autour de nous et c’était aussi magique qu’impressionnant. D’autant que les moniteurs ont été très compréhensifs avec nous, faisant l’effort de nous parler bien en face, alors que nous avions dû retirer nos appareils auditifs ».

Exceptionnelle gentillesse

C’est en effet une des caractéristiques, très appréciée des Mauriciens. Leur gentillesse, leur sens de l’accueil en font des hôtes exceptionnels. « Contrairement à ce que nous avons pu observer dans d’autres pays, ils ne mettent aucune pression sur les touristes, sont patients, et répètent volontiers dès qu’ils savent que vous êtes malentendant. Je n’ai jamais eu l’impression de les agacer, c’est tellement agréable ».

Pour le jeune couple très communicatif et avenant, les rencontres s’enchaînent. Avec la population locale bien sûr, mais aussi avec d’autres touristes, avec lesquels repas et grillades sont volontiers partagés. Car Maurice se distingue également par une tradition culinaire d’une saveur sans précédent, et passablement relevée, surtout pour Boris, peu habitué à de telles sensations gustatives. « Eux, disent que ce n’est pas piquant, rigole Hadja, mais en réalité c’est plutôt fort. Heureusement, Boris a pu se rabattre sur leurs extraordinaires fruits exotiques, plus faciles à manger ».

Nature hors du commun

Menée au pas de charge, la première semaine de nos nouveaux mariés a également été marquée par la découverte d’une nature hors du commun. « Jamais, racontent-ils, nous n’aurions soupçonné que ce pays pouvait être aussi beau. Nous l’avons parcouru du nord au sud car il n’est pas très grand, visité bien des villages et des parcs, et la nature, les paysages y sont d’une incroyable richesse et diversité, avec la mer bien sûr, propre et enchanteresse, mais aussi les montagnes, les cascades et la végétation très exubérante ».

Sous le charme de l’eau turquoise et transparente, nos deux amoureux se livrent même à la plongée avec masque et tuba, une première pour eux et, à la clé pour Boris, une extraordinaire rencontre avec l’incroyable poisson-clown, popularisé par le célèbre film d’animation Nemo. « A l’Île Maurice, l’océan est clair et calme avec peu de vagues, et on a souvent pied très loin, c’est l’idéal pour la plongée, explique-t-il. Et les fonds marins sont vraiment superbes ».

A Flic en Flac, la deuxième semaine du séjour est beaucoup plus détendue. Balades à pied ou en vélo, longues promenades à la rencontre des villageois sont au programme. « C’est le moment où nous nous sommes mélangés aux Mauriciens pour découvrir leur culture et leur mode de vie. Le dimanche est par exemple pour eux une journée très importante », raconte Hadja, qui ajoute: « adorable, le taxi-guide qui nous accompagnait nous a même invités chez lui, nous offrant des fruits, sans rien attendre en retour. Cette gentillesse est tellement exceptionnelle ! »

« Moi qui adore skier, la Suisse ne m’a jamais manqué, plaisante Boris. Car l’Île Maurice et ses habitants sont vraiment extraordinaires, j’y retournerais volontiers, et avec beaucoup de plaisir ». « Ce voyage de noces a été le voyage d’une vie, conclut Hadja qui y a même fêté son anniversaire, pour la première fois loin de sa famille. On y a fait le plein de soleil, de gentillesse et d’énergie, on s’y est vraiment ressourcé et reposé. C’est clair, on ne va jamais l’oublier ! »

ChA