Please Login otherwise your session will stop in

Publié le: 29 août 2019

Hyperacousie et acouphènes : innovation auditive

Hyperacousie et acouphènes : innovation auditive

Dispositif de traitement d’hyperacousie et d’acouphènes, ØREBLUE® certifié CE Médical « classe IIa » constitue une thérapie sonore ; une première européenne.

La méthode ØREBLUE® repose sur une stimulation sensorielle sonore personnalisée de l’oreille, dont les actions de correction agissent sur le système central cognitif auditif. Ce dispositif de traitement a été Certifié CE Médical « classe IIa » au printemps dernier, conformément à la directive européenne 93/42/EEC Medical Devices.

C’est une première européenne. Après 17 mois de tests et de validations techniques, les excellents résultats obtenus dans la prise en charge et le traitement des sujets souffrant d’hyperacousie et d’acouphènes sont réjouissants.

Depuis 1997 et l’obtention de son diplôme d’audioprothésiste à la Faculté de Montpellier, Natacha Chetritt-Bonneyrat consacre sa carrière professionnelle à la compréhension des mécanismes qui induisent ces symptômes d’hyperacousie et d’acouphènes. « Le handicap de ma grand-mère malentendante et de ma petite sœur subissant des troubles de l’audition m’a poussée à suivre mes études dans ce domaine. Lorsqu’en stage, j’ai ressenti le désarroi des patients, j’ai décidé de faire mon maximum pour y pallier ».

L’initiatrice et fondatrice d’ØREBLUE® nous donne quelques explications.

Mode d’emploi

Après avoir réalisé un diagnostic approfondi auprès de l’audioprothésiste pour évaluer le niveau d’hyperacousie et d’acouphènes, celle-ci détermine si la pratique du protocole ØREBLUE® est requise à l’aide d’un programme précis et personnalisé de réadaptation fonctionnelle de l’audition. « Ma méthode ØREBLUE® n’intègre aucune phase médicamenteuse dans son protocole propre. Après m’être assurée que l’ensemble des investigations médicales de rigueur n’ait permis de mettre en exergue des facteurs ou pathologies traités expliquant la survenance du symptôme, je peux m’engager à intervenir ».

Il est important de pouvoir mettre en corrélation, avec la date d’apparition du symptôme, les évènements survenus dans l’entourage du sujet qui pourraient renseigner sur la nature du stress catalyseur. Un programme précis et personnalisé de réadaptation fonctionnelle de l’audition est ensuite établi.

Le sujet est accompagné durant toute sa thérapie et bénéficie d'une surveillance fréquente et régulière, afin de veiller à la bonne acceptation et progression du traitement. La première session compte 30 heures de réadaptation fractionnée en séances de 2 heures d’écoute quotidienne, à raison de 5 fois par semaine. Puis, un intervalle de 4 à 6 semaines est nécessaire avant d’entreprendre la deuxième session de 20 heures de travail réparties comme précédemment, suivie de nouveau par une pause de 4 à 6 semaines. Enfin, la dernière session de 20 heures permet d’asseoir irrévocablement la thérapie.

​ « Au terme du protocole, je m'assure que le sujet a recouvré des seuils de tolérance d’une personne normo-entendante, en m’appuyant sur les courbes décrites par le corps médical telles qu’elles figurent dans les manuels de médecines ORL, en fonction des fréquences des seuils de 105 ; 110 ; 115 dB ».

Cette pratique réalisée pour l’instant en France s’effectue à l’aide d’un appareil numérique de traitement du signal sonore unique au monde certifié « CE médical classe Ila », qui transmet par l’intermédiaire d’un casque audio de la musique préalablement traitée. Cette thérapie du système auditif a pour but de lever les mécanismes d’inhibition érigés par le cerveau, permettant ainsi d’abolir le symptôme envahissant et invalidant. A suivre.

 

Plus d’informations www.oreblue.com

Vidéo à visionner : https://www.youtube.com/watch?v=sxE_04LhCNU&feature=youtu.be